Maradona, l’enfant magicien

Au premier mars 2002 à 9 h du matin, ils étaient plus de 3555 personnes sur un total de 4745 à préférer Diego Armando Maradona sur Pelé dans un sondage effectué sur internet. Sur la question : Maradona est-il meilleur que Pelé ? le « Pibe de Oro » dépasse de loin le roi du football, soit 74,92 % contre 19,45%.
Des chiffres qui en disent long sur la place qu’occupe l’Argentin au pied magique et chez ses fans réels et virtuels. Même si la vie du champion du monde n’a jamais été un long fleuve tranquille. Si la carrière footbalistique de Maradona et ses affaires de scandale n’ont pas besoin d’être présentées, son enfance, innocente qu’elle soit, mérite, néanmoins, d’être soulignée.
Une enfance qui cachait tout un talent et qui fera de « Maradona », l’un des personnages les plus célèbres du monde, plus connu que certains, et même beaucoup, de chefs d’Etat. Tout a commencé le 30 octobre 1960 à Lanus. Un petit Diego Armando vient grandir la famille formée par Diego Maradona (don Diego) et Dalma Franco, plus connue sous le nom de Dona Tota. Diego Armando aura plus tard deux frères (Raul et Hugo) et cinq soeurs (Ana, Rita, Elsa, Rosa et Claudia). Le génie du petit argentin sortira bientôt la famille Maradona de sa misère. Elle qui est installée à Villa Fiorito, bidonville de la banlieue de Buenos Aires.
À l’occasion de son troisième anniversaire, un de ses oncles lui offre un ballon de football. Un simple jouet qui se transformera plus tard en un trophée en or. Diego ne lâchera plus « La pelota », comme s’il savait d’ores et déjà que ce cadeau lui en prédestinait bien d’autres. Il passe ses journées à jouer avec ses amis sur les terrains vagues de Villa Fiorito. Le 5 décembre 1970, un ami de Diego, Goyo Carrizo, conscient du talent de « Pelusa » (surnom de Maradona à Villa Fiorito), l’invite à s’entraîner avec les « Cebollitas » (les petits oignons, équipe de jeunes d’Argentinos juniors) et le présente à l’entraîneur : Francisco Cornejo. « Tu es sûr que tu as dix ans ? », demande celui-ci au petit prodige. Ce-dernier, faute de papiers qui le prouvent, n’a que son talent pour le démontrer… Convaincu, Don Diego laisse son petit-fils rejoindre l’équipe de «Los Cebollitas ». Sa première équipe reste invaincue, 136 matchs durant. La légende ne faisait que commencer.
Un jour, une équipe de la télévision argentine se déplace même à Villa Fiorito. Les images de Diego, réalisant une magnifique série de jongles, feront le tour du monde. À dix ans, il déclare à la même télévision : « J’ai deux rêves: le premier est de jouer le mondial, le deuxième est d’être champion». Deux rêves qui seront réalisés seize ans plus tard.
Après avoir fait ses preuves avec toutes les équipes de jeunes où il a évolué, Diego intègre les rangs d’Argentinos juniors. Son premier match en 1e division était contre Talleres de Cordoba le 20 octobre 1976. Il n’avait même pas seize ans. Le génie n’a pas d’âge!

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *