Marion Jones ira en justice si elle ne va pas à Athènes

La sprinteuse Marion Jones a affirmé dimanche être prête à intenter un procès à l’Agence antidopage américaine (USADA) si elle est interdite des Jeux Olympiques d’Athènes en raison de son implication présumée dans une affaire de dopage, sans avoir été reconnue coupable. « Si je me qualifie pour les Jeux et que je suis interdite de participation à cause des opinions de quelqu’un, je vous assure qu’il y aura un procès », a averti Jones dimanche au cours d’une conférence de presse. « Nous vivons aux Etats-Unis où vous êtes innocent avant d’avoir été jugé coupable », a-t-elle ajouté.
Le responsable des équipes américaine à Athènes, Herman Frazier, a immédiatement ajouté « qu’il faudrait des preuves concrètes avant de prendre la décision de retirer quelqu’un de notre équipe. » Le quotidien San Jose Mercury News rapportait dans son édition de samedi que l’USADA, sur la base des « preuves accablantes » reçues du Sénat, était en train de négocier avec certains athlètes américains mêlés à l’enquête sur le laboratoire californien Balco, afin de les persuader de ne pas postuler aux JO d’Athènes (13-29 août).
Le Mercury News a aussi révélé une liste de 27 noms de sportifs, dont une douzaine d’athlètes américains parmi lesquels Marion Jones, quintuple médaillée aux JO de Sydney 2000, ayant reçu, selon le quotidien, des stéroïdes de la part de Balco. Des dizaines de sportifs de haut rang ont été entendus par un grand jury américain dans l’enquête sur Balco et son propriétaire, Victor Conte, accusé de distribution de stéroïdes, dont la THG (tétrahydrogestrinone), et de blanchiment d’argent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *