Maroc-Côte d’Ivoire: Un match aux saveurs historiques

Maroc-Côte d’Ivoire: Un match aux saveurs historiques

Les hommes de Hervé Renard, qui remontent à la 2e place du groupe C, ont leur destin en main et surtout entre les pieds. Les erreurs ne sont plus permises car nous risquons de le payer au prix fort.

Le goût de la déception est amer. L’ôter passe inévitablement par le regain de confiance. Les Lions de l’Atlas, après avoir raté leur entrée en lice face à la République Démocratique du Congo, sont parvenus à maintenir leurs chances intactes suite à leur éclatante victoire contre le Togo. Grâce à cette dernière, ils se rattrapent de leur défaite inaugurale et s’offrent une sorte de «finale» pour une place en quarts contre la Côte d’Ivoire aujourd’hui à Oyem.

Tout se jouera donc ce mardi. Les hommes de Hervé Renard, qui remontent à la 2e place du groupe C, ont leur destin en main et surtout entre les pieds. Les erreurs ne sont plus permises car nous risquons de le payer au prix fort.

Le match d’aujourd’hui est capital. Il mettra aux prises la sélection nationale contre une formation ivoirienne avec laquelle les débats sont devenus ces dernières années assez habituels mais peu rassurants. Si l’on prend en considération le référent historique, la Côte d’Ivoire est largement favorite. Sur les huit rencontres qui ont opposé les deux sélections, les Eléphants se sont imposés à 4 reprises et ont concédé 4 nuls. Autrement dit, le Maroc, depuis le 20 mars 1986 lors de la Coupe d’Afrique qui s’est tenue en Egypte, n’est jamais parvenu à faire un pied de nez à cette guigne qui lui fait face à chaque fois qu’il se voit confronté à cette sélection.

Mais le Maroc aujourd’hui a de nouveaux arguments. Etre dirigé par un entraîneur qui a déjà été sur les bancs ivoiriens représente un avantage non considérable sur lequel reposent bien plus que des espoirs. La troisième rencontre du groupe C qui se déroule également à 19h00, mettre aux prises le Togo à la RDC. Pour les acolytes d’Adebayor, revenus sur terre après leur remarquable performance contre les Ivoiriens lundi dernier, un exploit contre la RD Congo (1er, 4 points) sera aussi impératif. Vainqueur de son duel face à son mentor Claude Le Roy, qui lui a ouvert les portes de l’Afrique, Renard peut nourrir plusieurs satisfactions. La «confiance» et «l’efficacité», qui ont tant fait défaut à son équipe contre la RDC, sont revenues.

Surtout elle a démontré des ressources mentales qui vont lui servir lors du choc face aux «Eléphants». Car malgré l’ouverture du score d’entrée de jeu de Mathieu Dossevi, à la conclusion d’un contre parfaitement joué (5e), les «Lions de l’Atlas» ont renversé le cours de la rencontre en à peine 20 minutes.

Bouhaddouz d’abord de la tête sur corner (14e), puis Saïss à la réception d’un coup-franc indirect (21e) ont donné l’avantage au Maroc, avant que Youssef En-Nesyri ne corse l’addition, d’un tir au rebond fuyant qui a trompé Kossi Agassa (71e).

Ni Emmanuel Adebayor, qui a vu son tir repoussé du bout des doigts par le portier adverse (25e) ni Floyd Ayité auteur d’un tir croisé au ras du poteau (82) n’ont connu la réussite. Ce sera désormais à leur tour d’être plus «efficaces» face au leader du «groupe de la mort» ce mardi. Quant aux joueurs marocains, ils doivent faire face à l’assaut certain des Ivoiriens qui ont vitalement besoin d’une victoire pour passer le cap. En revanche, un nul suffira aux Lions de l’Atlas pour chasser le signe indien et se qualifier au prochain tour.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *