Marseille, le défi de l’an II

Marseille, le défi de l’an II

La moisson de titres de la saison dernière a placé la barre très haut pour Marseille et son entraîneur Didier Deschamps, toujours dans l’attente de ragaillardir un effectif jugé trop court pour enfin passer un tour en Ligue des champions et contraint de composer avec les velléités de départ de son buteur Mamadou Niang. Champion de France, vainqueur de la Coupe de la Ligue et du Trophée des champions: après 18 ans de disette nationale, l’OM a tapé fort pour la première saison de Deschamps comme coach. Des abandons de créances décidées avant son décès par l’actionnaire Robert Louis-Dreyfus avaient, il est vrai, facilité la tâche, dans un contexte interne à l’époque aussi déstabilisé que déstabilisant. Véritable patron du sportif aux prérogatives largement adoubées par le nouveau président Jean-Claude Dassier, Deschamps avait su exploiter au mieux cette marge de manœuvre, attirant au Vélodrome des hommes qui s’avéraient vraiment décisifs (Lucho, Mbia, Heinze, Diawara).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *