Matar dans la touche

Matar dans la touche

La sanction est tombée et pourrait être plus lourde. Accusé de faux et usage de faux, le joueur sénégalais, Matar Mbaye, a été suspendu pour deux saisons, 2004/2005 et 2005/2006, indique un communiqué de la Fédération royale marocaine de basket-ball. Une décision prise par la commission juridique et de discipline de la fédération après étude de la nouvelle lettre adressée par la Fédération sénégalaise de basket-ball qui, selon elle, n’a pas délivré de lettre de sortie pour ledit joueur.
«Ce document frauduleux, daté du 19 novembre 2004, a été introduit dans notre fédération pour donner une lettre de sortie au joueur Matar.
Ce document, non signé nominativement par le directeur administratif de la fédération absent du Sénégal en cette date en raison de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions qui s’est déroulée en Egypte, n’engage en aucun moment notre institution», lit-on dans le courrier adressé par le président de la Fédération sénégalaise de basket, Mbodjgueye Fall. Rejetant l’entière responsabilité sur ledit joueur, la Fédération sénégalaise a fait savoir dans la même lettre qu’il n’avait «aucun rapport sportif avec Matar, en contrat avec un club marocain depuis plusieurs années».
Allusion faite au MAS dont le bail qui le lie au joueur sénégalais expire à la fin de la saison 2005-2006. Selon la commission juridique de la FRMB, Matar n’a pas été libéré par le MAS. Et pourtant, le Sénégalais est parvenu à signer deux nouveaux contrats, avec le Wydad de Casablanca, le 11 septembre dernier, et l’Ittihad de Tanger, le 11 novembre dernier, soit deux mois après. D’après une source bien informée, pour signer chez le WAC, Matar aurait touché la somme de 45.000 DH. Après avoir eu les dirigeants wydadis, le joueur sénégalais est entré en négociations avec l’IRT pour un éventuel transfert. Après avoir parvenu à un accord de principe, le club tangérois, par qui le scandale a éclaté, avait demandé au joueur une lettre de sortie de la FSB. C’est ainsi que Matar s’est rendu au Sénégal pour se procurer un document que la FSB s’est dit n’avoir jamais délivré. Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Il y a presque deux ans une affaire similaire avait éclaté et qui concernait l’ex-joueur du Raja, actuellement sociétaire du WAC, Mounir Bouhlal.
Pour rejoindre le championnat du Qatar, Bouhlal avait besoin d’une lettre de sortie de la FRMB pour pouvoir jouer au Qatar. Il a réussi à l’avoir à l’insu de son club du Raja. Ce qui a suscité une grande polémique, mais on a vite enterré le problème.
La question qui mérite d’être posée aujourd’hui, comment se fait-il qu’un joueur étranger signe pour deux clubs, alors qu’il est sous contrat avec un autre club ? La réponse est évidente, c’est que la fédération n’assume pas son rôle de gendarme. On ne sait pas qui fait quoi.
Les clubs, eux aussi, ont leur part de responsabilité du moment qu’ils cherchent beaucoup plus à débaucher les joueurs que les recruter.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *