«Med Avenir» fête son 17ème anniversaire

«Au départ, cet événement était un tournoi de rencontre. Au fil des années, il s’est transformé en un tournoi de compétition internationale », a déclaré, avec fierté, Yahya Fizazi, président du COC Tennis qui se prépare pour fêter, du 19 au 27 juin, la 17ème édition du tournoi international «Med Avenir». Plus de 130 joueurs et joueuses représentant plus de 36 pays ont déjà répondu présent à cet événement tennistique. Et ce n’est pas encore fini.
«On attend d’autres confirmations », a souligné Fizazi. Tous les jeunes espoirs marocains, dont notamment Fattar Anas, Zineb Hilali et Lalami Nadia, seront présents à cette fête tennistique, à l’exception de la nouvelle star montante de la petite balle jaune nationale, Mehdi Ziyadi, qui n’est autre que le vainqueur de la dernière édition. « Il ne sera pas là car il est engagé dans les circuits professionnels internationaux », a expliqué le directeur du tournoi, Mohamed Benmansour. Les qualifs de ce tournoi démarreront le 19 juin pour prendre fin le 20 du mois courant. Quant au tableau final, il commencera le 21 et durera jusqu’au 27 juin. Le vainqueur de ce tournoi empochera 100 points, le finaliste 75 et les demi-finalistes 50. Chez le double, le duo gagnant aura 75 points, le finaliste 50 et les demi-finalistes 30. Pour le club organisateur du plus ancien tournoi international de tennis au Maroc, après le Grand Prix Hassan II, «Med Avenir» a été et le restera toujours un espace qui permet aux jeunes joueurs d’exprimer leurs talents. «Nous n’avons pas seulement organisé le « Med Avenir», mais nous avons également entraîné avec nous d’autres tournois à travers le Royaume», a tenu à préciser le président du club. Cette initiative a vu le jour en raison du manque de moyens à même de permettre aux jeunes de disputer des tournois à l’étranger. En l’espace de 17 ans, le tournoi «Med Avenir» est passé du grade 5 au grade 2. « Il y a un cahier des charges à respecter d’un grade à l’autre. Le COC s’est contenté du grade 2 pour des raisons financières », a expliqué Benmansour. Aujourd’hui, le club est fier de son bilan et ne compte pas s’arrêter là. «Nous accompagnons ces jeunes pour forger leur talent», a souligné le vice-président du COC, Mustapha Baz. En fait, le club, l’une des plus grandes écoles de tennis au Maroc, se veut la locomotive du tennis national non seulement au niveau organisationnel, mais aussi sportif. Des grands noms du tennis national sont passés par là, pour ne citer que l’ex-numéro un mondial Younès El Aynaoui, ou encore Karim Alami.
De jeunes talents sur les traces de leurs aînés, comme Zineb Hilali et Lalami Nadia, toutes deux championnes d’Afrique et qualifiées pour les championnats du monde juniors qui auront lieu en Espagne. Autre grand nom du tennis féminin et qui vient de rejoindre le club du COC, la championne marocaine Bahia Mouhtassine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *