Melbourne à l’heure de la gymnastique

Melbourne à l’heure de la gymnastique

Un peu plus d’un an après les JO d’Athènes, les Championnats du monde de gymnastique artistique (21 au 27 novembre à Melbourne) sont l’occasion d’une première revue d’effectif et peut-être d’une redistribution des cartes sur la route de l’échéance olympique de Pékin 2008. Chez les hommes, la compétition s’annonce ouverte. Tant pour le concours général que pour chaque spécialité. Et l’absence du champion olympique américain Paul Hamm, décidé à observer un congé sabbatique de 18 mois, ne fait que renforcer cette constatation. "En fait, quasiment tous les pays peuvent présenter un gymnaste capable de chercher une médaille sur un agrès", note l’entraîneur et ancien champion français Laurent Barbieri, soulignant que le "code de pointage s’est endurci" et que, par conséquent, la moindre erreur coûtera encore plus cher. Ils seront donc nombreux à venir chercher fortune. Quatre des six champions d’Athènes et six tenants du titre seront présents. Mais le succès peut revenir à n’importe qui: aux Européens par exemple avec les Grecs, Bulgares, Italiens, Ukrainiens, Français, voire Roumains ou Russes. Les Américains, malgré l’absence des frères Hamm (Morgan, le frère jumeau de Paul est aussi en congé sabbatique), les Australiens, devant leur public qu’on annonce nombreux, et les Asiatiques avec les Chinois ou les Japonais peuvent également revendiquer l’une ou l’autre place sur un des podiums. Sans oublier les Sud-Coréens. Et en premier lieu Yang Tae-Young, bronzé à Athènes après avoir été sous-noté aux barres parallèles et dont la contestation de sa fédération devant le Tribunal arbitral sur Sport (TAS) avait été déboutée. Ce rendez-vous se pose pour Yang comme une belle occasion de prendre une revanche et de se consoler de son échec olympique avec un titre planétaire du concours général.
Le même que veut espérer son coéquipier, argenté à Athènes, Kim Dae-eun. Du côté des femmes où trois championnes du monde et trois dorées d’Athènes sont inscrites, les certitudes semblent un peu plus importantes. La raison: les Américaines avec Chellsie Memmel notamment, font figure de grandes favorites tant pour le concours général que pour certains appareils. Pour le général, les Chinoises, Russes, Britanniques (Elizabeth Tweddle) sont aussi des candidates au trophée.
La championne olympique française aux asymétriques Emilie Le Pennec a une réelle chance si elle passe la poutre sans problème. La couronnée européenne française Marine Debauve ne présente en revanche que deux agrès (poutre, barres) en raison d’une préparation perturbée par les blessures. Reste l’interrogation roumaine. Fin août, l’équipe a été dissoute et l’entraîneur emblématique Octovian Belu est parti. Donnée forfait un moment, une sélection étoffée autour de la triple championne olympique Catalina Ponor a finalement fait le voyage.
Cependant, les Roumaines, décevantes aux Championnats d’Europe en juin à Debrecen (Hongrie) sont loin de convaincre. Et des interrogations planent, concernant l’envie sur des gymnastes qui pour la première fois ont gagné beaucoup d’argent alors qu’elles n’y étaient pas prêtes, selon les spécialistes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *