Michael Schumacher, le chanceux

L’écurie championne du monde de Formule 1 a passé un sale mercredi à Barcelone où avaient lieu des essais privés. En fin de matinée, Schumi, semblait pourtant de bonne humeur, arborant un nouveau casque dont la particularité et les couleurs exotiques n’ont pas manqué d’attirer l’attention aussi bien des supporters que celle des journalistes présents lors de ces essais. Schumi, en héros de la journée, s’est élancé au volant d’une Ferrari version 2001 pour continuer le travail entamé mardi. Auteur du meilleur chrono la veille sur le circuit de Catalogne, l’Allemand enchaînait les tours rapides lorsque sans aucune raison apparente, il a perdu le contrôle de sa monoplace dans la courbe 12 à une vitesse dépassant les 220 km par heure. La Ferrari a tapé violemment de l’arrière dans les protections, finissant sa course dans les graviers. Heureusement, dans un nuage de poussière, on voyait très vite Michael Schumacher s’extraire de la monoplace sans apparemment souffrir d’aucune blessure. Aussitôt, l’écurie italienne récupérait la F1 très sérieusement détruite si l’on en croit les photos prises sur place.
Pour éviter tout risque de panique et tuer dans l’oeuf d’éventuelles rumeurs sur son sort, l’attachée de presse du quadruple champion du monde est venue rapidement rassurer les journalistes présents en expliquant que Schumi était indemne, mais que les causes de l’accident n’étaient pas connues. «Je ne sais pas ce qu’il s’est produit», a reconnu le champion en titre au journal la Gazzetta . Tandis que les ingénieurs s’évertuaient à éplucher les relevées télémétriques de la Ferrari de l’Allemand, Rubens Barrichello allait lui aussi connaître des problèmes.
Deux heures après son coéquipier, il est venu à son tour taper dans les rails de sécurité, heureusement moins violemment que Schumacher.
Après ces deux accidents, la Scuderia a décidé de ranger son matériel afin de rentrer à Maranello, seule solution pour réparer les monoplaces et analyser les causes de l’accident. Ce n’est pas la première fois que de tels accidents se produisent. Il y a 15 jours, Barrichello avait déjà été victime d’une violente sortie de route en Espagne.
À presque un mois du début de la saison 2002, toutes les écuries, y compris donc la plus prestigieuse, ont du pain sur la planche. Mais, une nouvelle fois, la chance semble être du côté des pilotes Ferrari. L’an passé, à Melbourne, pour la première séance d’essais du premier grand prix, Schumi s’était déjà sorti indemne d’une énorme sortie de route.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *