Mohamed Rachidi : «Le réel concurrent de Sara El Bikri sera le chrono»

Mohamed Rachidi : «Le réel concurrent de Sara El Bikri sera le chrono»


ALM : Sara El Bikri s’est envolée à Pékin toute seule le 29 juillet. Comment elle enchaîne ses entraînements ?
Mohamed Rachidi : Je suis en contact permanant avec Sara. Chaque jour, elle me tient au courant de ses préparations. 
Il est vrai qu’il est difficile d’entamer tout seul ses préparations notamment pour la prise des chronos. Elle a aussi besoin plus que jamais du soutien psycologique. Comme tout le monde le sait, elle a refusé d’être accompagné par l’entraîneur qu’a désigné  la Fédération. Elle a ses propres raisons. Le plus important pour moi est de réaliser une bonne performance à Pékin. Ses parents ont décidé de prendre en charge mon déplacement pour la rejoindre. Heureusement et vu son expérience, depuis son arrivée à Pékin, elle est aidée par plusieurs entraîneurs de différente nationalité qui la connaissent. Sara évolue au club français de Lyon depuis deux ans. C’est notamment à Lyon où elle poursuit ses études d’ingénierie industrielle.

Quelles sont les chances de Sara dans les compétitions ?  
Sara a réalisé en avril dernier lors du championnat du monde, petit bassin, à Manchester, un chrono d’une min 9 sec dans l’épreuve du 100m brasse. Elle s’est classée 18ème. Au grand bassin, sa dernière prestation était d’une min 11 sec. Avec Sara, on s’est fixé pour objectif d’atteindre le stade des demi-finales. Je sais qu’elle en est capable. Si elle parvient à réaliser un chrono moins d’une min 10 sec dans les 100 m et de 2 min 28 sec dans les 200 m. Si elle accéde aux demi-finales. Ce serait un exploit qui ouvre des perspectives pour les Jeux olympiques 2012. Je tiens à préciser que dans les épreuves de la natation, contrairement à d’autres disciplines, les détenteurs des records mondiaux seront tous présents. Il y aura certainement une concurrence rude. Mais, son réel concurrent sera le chrono. Dans sa spécialité, Sara occupe en ce moment la deuxième place à l’échelon continental et la première arabe.

Comment trouvez-vous le niveau des nageurs nationaux ?
Au Maroc, la relève est assurée. La présence de Sara aux jeux olympiques le prouve. Le nageur Amine Kouam allait réaliser le minima pour aller à Pékin. Toutefois, ces sportifs ont besoin de la motivation. Pour cela, il faut établir un programme bien clair pour arriver à des résultats fructueux.

En ce moment, comment  se présente votre relation avec le directeur technique national ?
Sur le plan professionnel, il n’y a aucun problème. J’adhère à tout ce qui peut hisser le niveau de la natation marocaine. Si on me donne l’opportunité de travailler plus, je suis prêt à relever le défi dans le cadre d’une collaboration avec tous les intervenants de la natation nationale. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *