Moncef Belkhayat mise sur le sport de haut niveau

Moncef Belkhayat mise sur le sport de haut niveau

L’élargissement de la base des pratiquants de sport fait partie des principaux buts que s’est fixés, le département de Moncef Belkhayat, ministre de le Jeunesse et des Sports. A cette fin, quelque 1.000 centres socio-sportifs de proximité seront créés dans les différentes régions du Maroc dans l’horizon 2012, apprend-on à l’issue d’une réunion qui s’est  tenue récemment à Rabat. M. Belkhayat s’est réuni avec les représentants des Fédérations sportives, en présence du président du Comité olympique national marocain (CNOM), Hosni Benslimane. Il a affiché la disponibilité de son département à apporter le soutien nécessaire aux Fédérations sportives et au Comité national olympique (CNOM), appelant ces derniers à œuvrer de concert pour la mise en œuvre de la stratégie élaborée par le ministère. Il a également souligné la nécessité de mettre cette stratégie en œuvre dans un cadre contractuel réunissant le Ministère et les composantes du mouvement sportif sachant que moins de 1% des Marocains a  une licence sportive. Toutefois, ce chiffre seul ne peut justifier nos piètres performances. Ali Fassi Fihri, président de la Fédération royale marocaine de football ( FRMF) a insisté sur l’importance de cette étape historique et a soutenu le plan du ministère pour faire entrer le football dans l’ère du professionnalisme comme convenu pour la saison 2010-2011 et conformément aux règlements de la FIFA. Pour sa part, Faïçal Laraïchi, président de la Fédération royale marocaine de tennis a estimé que le sport doit générer des revenus, et qu’il ne peut se développer sans l’implication de l’audiovisuel, saluant l’installation du concept de sport-étude à travers la nouvelle stratégie du ministère. Et c’est justement ce que l’on tente d’instaurer à travers la programmation au sein de la Société nationale de la radio télévision ( SNRT) qui ne ménage aucun effort pour diffuser les matches du championnat national de football, à croire Ahmed Ghaibi, président de la commission de la programmation auprès de la FRMF. Celui-ci a affirmé que l’ensemble des clubs footballistiques nationaux devraient bénéficier des revenus générés de la diffusion qui constituent plus de 40% du budget d’un club. Cette année aussi, le budget du ministère a dépassé 14 %, une somme qui reste insuffisante pour couvrir l’ensemble des projets à entreprendre d’où l’importance de l’implication du secteur privé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *