Mondial-2006 : Hécatombe de stars

Un milliard et demi de téléspectateurs se presseront ce vendredi soir devant leurs écrans pour suivre le match d’ouverture du Mondial 2006 de football, dont les derniers jours de préparation ont été marqués par les blessures de nombreuses stars.
Allemagne, France, Angleterre, Italie… nombre de grandes équipes comptent encore dans leurs rangs blessés et convalescents, à quelques heures du coup  d’envoi. Seul le Brésil, archissime favori des pronostiqueurs du monde entier, semble posséder un groupe de 23 joueurs en pleine santé.
Michael Ballack, capitaine et emblématique meneur de l’équipe d’Allemagne, regardera ainsi depuis le banc de touche la rencontre inaugurale entre sa Mannschaft et le Costa Rica à Munich, à partir de 16h00 GMT. Victime d’une douleur musculaire au mollet droit, Ballack a quitté l’entraînement mercredi soir et a été placé au repos.
La star incontestée de l’équipe anglaise, Wayne Rooney, a eu plus de chance : victime d’une fracture du pied droit le 29 avril, il a été déclaré in extremis bon pour le service mercredi soir. Reste à savoir s’il sera suffisamment en forme pour entrer en jeu dès le premier tour.
Mondial terminé avant d’avoir commencé, en revanche, pour le Français Djibril Cissé. L’attaquant de Liverpool, qui semblait bien avoir gagné ses galons de titulaire, a été victime d’une fracture à la jambe droite mercredi en match de préparation contre la Chine. Il sera remplacé par le Lyonnais Sidney Govou.
Quant aux Pays-Bas, ces éternels favoris qui n’ont encore jamais soulevé la Coupe du monde, ils sont passés tout près de la catastrophe : trois joueurs sont sortis blessés d’une rencontre dite "amicale" le 4 juin contre l’Australie : Cocu, Sneijder et van Bronckhorst. À l’issue de l’entraînement jeudi, le sélectionneur Marco van Basten a cependant déclaré les deux premiers "aptes à  jouer" dimanche contre la Serbie-Monténégro.
L’Italie, qui possède la particularité d’être la seule des 32 sélections (avec l’Arabie Saoudite) dont tous les joueurs évoluent dans le championnat national, est aussi arrivée en Allemagne avec trois de ses éléments clés à l’infirmerie : les défenseurs Gianluca Zambrotta et Alessandro Nesta, ainsi que le milieu de terrain Gennaro Gattuso.
La Fifa (Fédération internationale de football), alarmée par la fatigue des stars européennes lors du dernier Mondial en Corée et au Japon, avait pourtant prévu une longue période de récupération avant le début de la compétition. Mais les sélections ont mis à profit ce délai pour disputer plusieurs matches de préparation, au risque de multiplier les blessures.
Le but de la manœuvre était, aussi, d’avoir des stars au sommet de leur forme en Allemagne, afin d’offrir le meilleur spectacle possible.  Pour protéger les attaquants et promouvoir le beau jeu, les arbitres ont d’ailleurs reçu des consignes de sévérité extrême : carton rouge pour les coups de coude et les tacles dangereux, cartons jaunes pour les tirages de maillot et toutes les formes de contestation et de simulation. C’est l’Argentin Horacio Elizondo, choisi pour arbitrer le match d’ouverture, qui aura la lourde tâche de montrer la voie à ses 21 collègues sélectionnés sur tous les continents.
Vendredi en soirée, le deuxième match du groupe A opposera à Gelsenkirchen la Pologne et l’Equateur, avant l’entrée en lice le lendemain des vedettes argentines, contre la Côte d’Ivoire.  Le Brésil ouvre le feu pour sa part le 13 juin, contre la Croatie.

Christophe Beaudufe (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *