Mondial 2006 : Les bleus dans le doute

L’équipe de France de football a cru tenir une qualification pour la Coupe du monde qui aurait eu l’air d’un hold-up avant que la Suisse égalise à dix minutes de la fin (1-1), samedi à Berne, repoussant le suspense à mercredi au Stade de France contre Chypre.
Les autres "grands", l’Angleterre, les Pays-Bas , la Croatie , la Pologne et l’Italie ont décroché samedi leur billet pour la Coupe du monde.
Vingt-sept minutes ! De la 52e à la 79e minute, du but de Djibril Cissé à celui de Philippe Senderos, les Bleus ont tenu leur billet pour l’Allemagne, croyant le travail achevé. Il faudra remettre l’ouvrage sur le métier face aux Chypriotes, où un succès leur assurerait au minimum une place de barragiste.
Devant une équipe de suisse décidée à mettre la pression d’emblée, la France a joué les 30 premières minutes très crispée, commettant plusieurs fautes et erreurs de relance à 35 m amenant une suite de quatre coups de pied arrêtés dangereux, assez mal tirés par Cabanas ou Frei.
Condamnés à défendre, les Bleus ne paraissaient pas sereins, totalement dominés au milieu par l’engagement des Suisses agressifs. Zidane avait beau donner de la voix, les Bleus pliaient sous le pressing, notamment le duo Vieira-Makelele. Le joueur de Chelsea se livrait moins qu’à l’accoutumée, handicapé par un carton jaune depuis la 12e minute.
La vitesse d’éxecution suisse manquait de payer, sur une passe en profondeur de Vogel pour Frei interceptée en dehors de sa surface par Coupet, du ventre (30). Le ballon revenait vite, avec un tir de Barnetta passant juste à côté (31). Seul Dhorasoo surnageait un peu côté français, alors que Thuram (cuisse) boitait déjà. Malmenés défensivement, les Bleus étaient indigents dans l’animation offensive, avec un Wiltord esseulé. Trop souvent sollicité de la tête, son point faible, Zidane ne rayonnait pas, touchant peu de ballons, et les Bleus ne se créaient pas une seule occasion avant la pause. La France avait-elle peur?
En tout cas pas Djibril Cissé, entré à la mi-temps à la place de Dhorasoo, alors qu’on l’attendait titulaire en pointe. Lancé plein tube par Wiltord, l’attaquant prenait sa revanche en profitant d’une mésentente entre Müller et le gardien Zuberbühler. Le joueur de Liverpool libérait les Bleus (52e), ce qui passait presque pour un hold-up.
Avec cette bourde, même partagée, le gardien suisse, victime d’une campagne de dénigrement après deux bévues de taille, contre Israël et à Chypre lors des deux derniers matches de la « Nati », va de nouveau alimenter la polémique. Alors que la France se posait un peu, Ludovic Magnin frappait un coup franc dévié par Senderos dans le but de Coupet (79). Stupeur dans le camp français : l’Allemagne s’envolait d’un seul coup. Après un raid en solo, un tir du droit de Wiltord passait de peu à côté (86). Un dernier coup franc de Magnin (88) donnait cependant des frayeurs aux Bleus. Mais Coupet veillait encore, comme sur un centre fuyant de Frei (89). Un tir du gauche de Zidane frisait le montant de “Zubi” (90).
Si la France bat Chypre, elle terminera 1re du groupe 4 et sera donc qualifiée directement pour le Mondial à condition que la Suisse ne gagne pas en Eire.
Mais si la France et la Suisse gagnent toutes les deux mercredi, elles auront 20 points et devront alors être départagées à la différence de buts générale (leurs deux confrontations ont en effet débouché sur des nuls). Les Suisses (+11) ont actuellement une meilleure différence que la France (+8). Les Français doivent donc battre Chypre au moins 5-0 et espérer que la Suisse ne gagne que par un but d’écart (ou 6-0 si la Suisse gagne par deux buts d’écart, etc.).
La France peut encore aussi finir barragiste en cas de nul contre Chypre, mais elle sera éliminée en cas de défaite au Stade de France mercredi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *