Mondiaux-2007 : Gay, Wariner et Powell veulent être empereurs

En 1991 à Tokyo, le grand moment avait été le duel somptueux à la longueur entre les Américains Carl Lewis et Mike Powell, conclu par le record du monde de ce dernier, qui tient toujours (8,95 m).
Cette année, le duel et le record qui pourrait l’accompagner se fera sur le  100 m entre un autre Powell, le Jamaïcain Asafa, et l’Américain Tyson Gay.
Détenteur du record du monde (9.77), Powell s’est régulièrement « planté » lors des grands événements (disqualifié aux Mondiaux-2003, 5e aux JO-2004, absent aux Mondiaux-2005). Et à 24 ans, invaincu depuis plus d’une saison, il ne lui reste plus beaucoup de temps pour orner son cou de médailles.
Débarrassé de Justin Gatlin, tombé l’an passé sur l’autel de la lutte antidopage et donc absent pour défendre ses titres (100 m et 200 m), le Jamaïcain se frotte à Tyson Gay.
Après un record non-homologué, en raison du vent en juin (9.76), le sprinteur de l’Arkansas (25 ans) a réussi à devenir le troisième performeur de l’histoire sur 100 m (9.84) et le deuxième sur 200 m (19.62) le même week-end lors des Championnats des Etats-Unis, fin juin.
Avec ce premier duel de l’année entre les deux hommes, une météo espérée favorable aux sprinteurs (chaud et humide), une piste jugée ultra-rapide, une  volonté affichée, par Gay au moins, de battre le record du monde et quelques prétendants pour les pousser, il n’y a pas de raison que le chrono ne s’affole  pas dimanche en finale.
Le séjour nippon de Gay se prolongera avec le 200 m.
Là encore, la tâche s’annonce ardue entre 3 des 10 sprinteurs les plus rapides de l’histoire, les Américains Gay et Wallace Spearmon et le Jamaïcain Usain Bolt.
Si le record du monde de Michael Johnson sur le demi-tour de piste (19.32)  ne semble pas menacé, son chrono sur 400 m (43.18) est en grand danger.
Sans vraiment de concurrents sur le tour de piste, l’Américain Jeremy Wariner, fort de ses 43 sec 50, réussies début août à Stockholm, a fermement l’intention de s’attaquer au temps de son mentor.
«Si tout marche comme prévu, il y a une chance pour que je (le) batte», a récemment claironné le champion du monde et olympique en titre. Et on le croit ! Gay, Powell et Wariner ne sont pas les seuls qui se distingueront,dans cette grand cité située à un jet d’avion au sud-ouest de Tokyo.
A part quelques Jamaïcains capables de s’immiscer sur les podiums, le  sprint du 100 m au 400 m, 400 m haies compris, messieurs et dames, risque d’ailleurs fort d’être le monopole de l’armée US.
A Helsinki en 2005, les Américains avaient remporté 6 des 8 titres (100 m,  200 m, 400 m et 400 m haies) pour un total de 14 podiums sur 24 possibles.
Alyson Felix, qui a abandonné l’idée du doublé (100-200 m) pour se consacrer à la défense de son titre sur le demi-tour de piste et aux relais 4×100 et 4×400 m, devrait aussi s’imposer comme une grande.
A 21 ans, la Californienne souhaite aussi faire comme tout le monde et  marquer les esprits à moins d’un an des jeux Olympiques de Pékin.
Collectivement, les Etats-Unis sont donc encore les favoris pour le classement général des médailles, mais la colonie russe devrait aussi faire une razzia, grâce essentiellement aux concours féminins.
Les Russes ont en tout cas des favorites dans toutes les épreuves de sauts  et de lancers. A l’image de la perchiste Yelena Isinbayeva, qui devrait avoir  l’opportunité de tester la solidité de son record du monde (5,01 m), réussi aux  Mondiaux-2005.
Pour les distances longues, la lutte se conscrira comme d’habitude à un  duel Kenya-Ethiopie, arbitré par les mercenaires kenyans partis au Qatar ou à  Bahreïn. Kenenisa Bekele, Tirunesh Dibaba ou Meseret Defar sont les favoris éthiopiens.
Treize épreuves ont déjà la certitude de changer de maître, puisque douze des titrés en Finlande -Gatlin ayant obtenu deux titres-, ne sont pas du voyage  nippon.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *