Mounia Mikou : «Le saut d’obstacles au Maroc a du mal encore à s’imposer»

Mounia Mikou : «Le saut d’obstacles au Maroc a du mal encore à s’imposer»


ALM : Quel est l’objectif de cette rencontre avec les dirigeants de  Wafa Assurances ?
Mounia Mikou : La compagnie Wafa Assurances avec tous ses responsables notamment le président Ramses Aâroub m’ont  toujours soutenue depuis mes premières prestations. Grâce à eux j’ai fait un excellent parcours cette année 2009 et j’ai même participé à plusieurs compétitions officielles. J’ai gardé confiance en moi  pendant toute l’année. Ils n’ont jamais mis la pression sur moi  et cela c’est très important. Je n’ai  jamais lâché, au contraire, j’ai toujours continué et je dédie cette médaille à Wafa Assurances.  

Comment évaluez-vous le niveau du saut d’obstacles au Maroc?
C’est vrai le saut au Maroc à du mal encore à s’imposer. Mais grâce aux efforts de Son Altesse Royale la  Princesse Lalla Amina, j’ai constaté que nous sommes arrivés petit à petit à vulgariser ce sport notamment par des concours et des championnats et l’organisation de la Semaine du cheval. Nous sommes en train de développer cette discipline qui est en plus un sport d’élite. D’ailleurs l’équipe nationale a participé aux  Jeux Méditerranéens en Italie. Depuis ces compétitions, nous avons pu relever  que la sélection marocaine à franchi un grand pas au niveau international.
 
Quels sont vos objectifs pour l’année prochaine ?
Pour l’année prochaine, je vais être à Paris et continuer à monter le cheval. J’ai déjà trouvé un club d’équitation en France pour accentuer mes préparatifs et aussi afin de perfectionner ma formation sportive tout en poursuivant mes études. Néanmoins, je rentrerai au Maroc le plus souvent notamment pendant mes vacances pour monter mon cheval et participer dans des  concours. Je veux aussi faire l’essentiel dans ces concours.

Quelles sont les étapes clés de votre petit parcours ?
J’ai commencé le saut d’équitation à l’âge de neuf ans dans mon club d’équestre l’Etrier de Casablanca. Deux ans après, j’ai acheté ma première jument avec laquelle j’ai passé mes premières étapes de saut d’obstacles. Quand je suis  passée de la catégorie  des cadets à celle des juniors, j’ai reçu un précieux cadeau d’anniversaire,  c’était Joujou d’Elle. Une jument  avec laquelle j’ai gagné ma médaille d’or cette année. Je m’entraîne quatre fois par semaine et deux fois avec mon entraîneur. C’est un rythme d’entraînement qui m’a permis d’obtenir le titre de champion des catégories juniors.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *