Nezha Bidouane : «J aspire à devenir présidente de la fédération d athlétisme»

Nezha Bidouane : «J aspire à devenir présidente de la fédération d athlétisme»

ALM : Pour commencer, comment trouvez-vous la future participation marocaine aux Jeux Olympiques de Londres-2012 ?
Nezha Bidouane : Il y a un grand nombre d’athlètes qui participent à cette édition. J’espère que nos athlètes représenteront dignement le Maroc et pourquoi pas, ramener des médailles. Il faut surtout dire à nos athlètes qu’ils ont toute notre considération et notre estime. Il faut essayer de faire la même chose qu’à Pékin.

Pensez-vous que les athlètes sont prêts à relever les défis lors de ce rendez-vous?
Ce rendez-vous est comme toutes les compétitions du monde, il est question de volonté et de détermination pour défendre les couleurs nationales. Je vois que toutes les conditions sont réunies pour que le Maroc soit sur le podium, notamment après les Assises de Skhirate qui ont apporté un intérêt important au sport national pour hisser le niveau dans toutes les disciplines.

À votre avis quelle est la différence entre votre génération et celle des athlètes d’aujourd’hui ?
Il ne faut jamais comparer notre génération à celle des jeunes d’aujourd’hui. Chaque génération a son histoire et ses exploits. Notre génération reste toujours une génération en or. Cette génération était toujours là pour rehausser l’image de l’athlétisme national. Les jeunes athlètes d’aujourd’hui sont notre relève et notre espoir pour honorer le drapeau national. Je leur souhaite bon courage.

On laisse entendre que vous pensez à présider la Fédération royale marocaine d’athlétisme ?  
Je pense que c’est tout à fait normal. Toute personne a des ambitions dans la vie qu’elle rêve de réaliser. Actuellement, je pense qu’au terme d’une carrière, tout athlète pourra penser à occuper un poste de gestion. Pourquoi pas? J’aspire à devenir un jour présidente de la Fédération royale marocaine d’athlétisme.
Gérer une fédération comme celle d’athlétisme est loin d’être une chose facile. Mais je suis du domaine et je serai prête à réussir une telle mission, il faut juste se préparer et faire des études en ce sens. Je sais que cela est réalisable dans le moyen ou le long terme.

Vous êtes championne olympique, quel est le souvenir qui vous a le plus marquée dans votre carrière?
(Rires) C’est quand j’ai été sacrée deux fois championne du monde sur les 400m haies en 1997 à Athènes et en 2001 à Edmonton (Canada). Et également lorsque j’ai remporté la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *