Oliver Kahn, meilleur gardien du mondial-2002

Oliver Kahn, 33 ans, n’avait, avant la finale de dimanche soir, concédé qu’un seul but en six matches. C’était pendant le premier tour lors du temps additionnel de la rencontre Allemagne-Irlande le 5 juin. Le trophée Lev Yachine, du nom de l’ancien gardien soviétique souvent considéré comme le meilleur de tous les temps à son poste, est décerné par un vote des anciens joueurs et entraîneurs membres du groupe d’étude technique de la FIFA.
Lors du mondial-98 en France, le trophée était revenu au gardien des Bleus Fabien Bartez grâce à l’ex-gloire de la RFA, Sepp Maier. Avec le club bavarois, il étoffe son palmarès : coupe de l’UEFA en 1996 (contre Bordeaux/Fra), quatre titres de champion d’Allemagne. L’Euro-96 lui offre son premier titre au plan international, mais il est encore la doublure de Koepke et ne joue aucun match, tout comme à la coupe du monde 1998 en France.
Sa patience est récompensée quand Koepke renonce à sa carrière internationale. Maître sur sa ligne, excellent dans les face à face, Oliver Kahn règne sur une défense qu’il n’hésite pas à rappeler à l’ordre, tant en équipe nationale qu’avec le Bayern, club avec lequel il atteint la consécration en ligue des champions 2001.
Après la finale contre Valence, la presse allemande l’élève au rang de «dieu du football», pour célébrer notamment les deux tirs au but espagnols arrêtés par le blond allemand, et les dirigeants bavarois lui offrent un salaire annuel de 2,2 millions d’euros. L’appétit venant en mangeant, ce père de famille, qui estime qu’on ne «peut être un grand gardien quand on est jeune», se fait fort d’être le gardien de but titulaire de la Mannschaft pour «son» mondial en Allemagne en 2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *