Paris-SG : l’Etau se resserre

Le Paris-SG a été mis en examen mercredi en tant que personne morale par la juge en charge de l’enquête sur une entente présumée illégale entre le club de football de Ligue 1 et Nike sur des compléments de salaires aux joueurs, a-t-on appris de source judiciaire. La juge du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a signifié cette mise en examen du club pour "travail dissimulé et usage de faux" à Jean-François Meaudre, président du directoire du PSG , qui était accompagné de son avocat Me Patrick Maisonneuve.
Le club est soupçonné d’avoir demandé à l’équipementier américain Nike de verser des compléments de salaires à certains joueurs, ce qui aurait permis au PSG de payer moins de charges sociales et aux joueurs moins d’impôts.
Pour rentrer dans ses fonds, Nike aurait, de son côté, facturé des amendes au club pour non-respect des obligations du contrat à l’image.
La justice soupçonne que ces pénalités ne correspondent pas à de véritables entorses au contrat et dissimulent en fait les remboursements par le PSG des compléments de salaires versés par l’équipementier sportif.
Me Maisonneuve, interrogé à la sortie du pôle financier, a contesté les infractions reprochées au club de football. Il a estimé que "même s’il y avait un intérêt économique pour les trois parties, le club, Nike et le joueur (ndlr) cela ne veut pas dire qu’on puisse analyser ce contrat à l’image comme un complément de salaires".
Plusieurs mises en examen ont déjà eu lieu dans ce dossier dont celles de deux anciens présidents du PSG , Francis Graille (2003-2005) et Laurent Perpère (1998-2003). L’ancien directeur financier du Paris SG, Pierre Frelot, aujourd’hui agent de joueur, est poursuivi depuis le 15 décembre 2005. Nike Europe, filiale de l’équipementier sportif américain, a été mise en examen mi-mai pour "complicité de travail dissimulé et usage de faux". Nike France l’avait été le 16 janvier pour les mêmes faits. Trois dirigeants de Nike, Olivier Jaubert, ancien responsable marketing, Jean-Claude Petit , directeur général, et Jean-Baptiste Mayer, directeur financier, ont également été mis en examen en octobre. Françoise Desset, co-saisie avec le juge Renaud van Ruymbeke, enquête depuis janvier 2005 sur des transferts douteux du PSG.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *