«Pas de caravane du basket-ball»

«Pas de caravane du basket-ball»

ALM : Tout d’abord, quel bilan faites-vous de la saison 2003-2004 ?
Noureddine Benabdenbi : Nous avons atteint 80 % de nos objectifs. Outre la relance du championnat national, des actions de partenariat ont été mises en place visant à élargir la base de la pratique du basket-ball au Maroc. Certes, cette année, le championnat a connu des hauts et des bas, mais ce qui est important à souligner c’est que de plus en plus de clubs, qui s’occupent des jeunes, arrivent en championnat, tel le WAC, le Raja, le FUS, le club d’Essaouira…. Ce qui veut dire que le problème de la relève ne se pose pas. En revanche, sur le plan technique, le niveau était moyen. Depuis cinq ans que je suis à la tête de la Fédération royale marocaine de basket-ball, mon seul objectif est de remporter un titre continental, comme le championnat d’Afrique. Mais nos ambitions au sein de la FRMB ne sont pas à la hauteur de nos moyens, de nos infrastructures et de nos dirigeants. Nous investissons dans les jeunes.
L’équipe nationale des moins de 20 ans prend actuellement part au championnat arabe qui se déroule au Caire, avant de disputer le championnat d’Afrique. Ce qu’il faut, c’est le soutien de l’Etat pour pouvoir inscrire toutes ces actions dans la continuité. Nous sommes en train de construire le centre national de basket à Rabat, dont le coût global s’élève à quelque 5 millions de DH. Outre les 3 millions de DH des pouvoirs publics, nous aurons l’aide de la Fédération internationale de basket et celle de l’Union arabe de basket.
La formule de play-off est de plus en plus contestée par les clubs. Pourquoi ?
La formule du play-off a été mise en place l’année dernière. Depuis, je n’ai pas eu une seule réclamation officielle de la part d’un club. Je défie n’importe qui sur ce point-là. Cela ne veut pas dire qu’au sein de la FRMB, nous sommes contre toute critique. Au contraire, nous sommes ouverts à toute remarque et à toute suggestion.
L’un des événements qui ont marqué cette saison, ce sont les incidents qu’a connus la Salle Ibn Yassine à Rabat, lors de la première journée du play-off et qui a mis aux prises le MAS et l’ASS. Suite à ces incidents, la commission de discipline avait infligé un certain nombre de sanctions aux responsables de ces actes forts regrettables, avant de revenir sur sa décision. Pourquoi ?
J’ai assisté à ces incidents. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’un rapport a été remis à la commission disciplinaire qui a fait son travail. Le même rapport a été remis à la commission d’appel qui a soutenu les sanctions prises à l’encontre des auteurs de ces actes. Mais, une fois passées par la commission du recours, lesdites sanctions ont été annulées après vote de la majorité de ses membres. Moi, en tant que président, je regrette ces actes qui n’ont rien à voir avec le basket.
Le champion de cette saison a touché 100 000 DH, le vice-champion 6 et le troisième 4, soit les mêmes primes que l’année dernière. Est-ce que c’est suffisant pour permettre à ces clubs de participer à des manifestations internationales ?
Notre souhait est de voir les clubs marocains prendre part à des compétitions internationales. Mais nous n’avons pas les moyens de faire plus. Tout ce que nous pouvons faire c’est de mettre à la disposition de tous les clubs marocains des espaces publicitaires et c’est à ces derniers d’aller à la recherche des sponsors.
Maintenant que le championnat est terminé, quelles sont vos prochaines actions ?
Nous allons organiser, pendant deux mois, le championnat national de basket sur plages. Une opération qui va coûter à la FRMB environ 70.000 DH, et qui sera menée en collaboration avec les autorités locales. Tous les équipements seront mis à la disposition des participants : ballons, panneaux… Nous avons désigné deux entraîneurs par ville avec un minimum de deux terrains.
Qu’en est-il de la caravane de basket ?
Cette année, il n’y aura pas de caravane de basket. Tout simplement parce qu’on nous a accusés d’avoir détourné 250 000 DH. Alors que dans la réalité, ce n’est pas vrai. Tout le succès qu’a connu cette opération, que l’on voulait inscrire dans la continuité et qui nous a coûté 2 millions de DH, la première année, et 1,5 million de DH la deuxième, est parti en fumée.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *