Petit regard sur la liste à Michel

Cependant le dernier Maroc-Ghana (0-2)  programmé sous l’ère Fakhir et joué presque immédiatement après l’entrée en fonction de Michel avait fini par donner à cette rencontre l’aspect d’une prise de contact plus qu’autre chose.
Première liste donc, pas si différente de la précédente sinon qu’elle est la confirmation que Michel va s’appuyer sur l’ossature de Fakhir elle-même issue du grand travail effectué par Zaki. Finalement avec du recul, peut-on encore en douter maintenant?
A moins de quatre mois du grand rendez-vous continental, il n’y a pas trop de temps de tout chambouler sur le choix des hommes donc.
Par contre, sur le système de jeu, c’est un impératif, vu le flou dans lequel on était plongé durant les deux années de l’ère Fakhir…
Intéressons-nous de plus près à cette liste, riche d’enseignements à plus d’un titre.
Côté gardiens, les mêmes noms reviennent : Lamyaghri et Jarmouni. Le premier fut titularisé face au Ghana, le second était incontesté sous Fakhir…Avantage à l’ex-wydadi tout de même très à son avantage en Champions League asiatique avec son club émirati El Wahda.
Le troisième larron Chadli, que Michel connaît bien d’ailleurs (présent au Mondial français de 1998 en tant que troisième gardien et côtoyé durant une saison au Raja) semble pour le moment hors course.
En défense, la grosse surprise c’est bien sûr Chahiri, la récente recrue du DHJ en provenance du Raja. On se souvient qu’il fut l’un des rares, l’an dernier, à ne pas s’être écroulé durant la saison calamiteuse du club casablancais. Il peut constituer une solution de rechange au niveau du poste d’arrière droit en cas de défaillance de Chrétien Basser. L’alternative Mourad Fallah  utilisée précédemment sous Fakhir n’est pas d’actualité. Le Wydadi paie cash son début de saison très moyen.
Pour le reste, on note le retour d’Amine Rebati qui du fait de sa polyvalence justifie sa présence. Ouaddou et Talal sont là de même que leur suppléant Allioui malgré une précédente prestation assez médiocre. A gauche cela se joue entre les «ukrainiens» Kadouri et Mehdoufi, la qualité de centre et l’expérience devrait donner la préférence au premier.
Au milieu pas de surprise. Le trio Sefri-Kaïssi-Kharja qui faisait merveille sous l’ère Zaki est reconstitué. Mokhtari toujours bléssé reste absent. Moha Elyacoubi et Boukhari le sont aussi pour des raisons qui restent à éclaircir. Quant à l’énigme Sektioui, elle demeure toujours irrésolue.
Le reste de la liste est constitué de joueurs à forts relents offensifs, quoique disons le clairement : d’attaquants. Sept sur une liste de vingt joueurs, cela peut paraître excessif…
Il est prévisible de revoir Hadji et Boussoufa utilisés comme lors du premier test en tant que milieux excentrés censés ramener le danger sur les côtés. Les anciens du Raja sont présents en force : Alloudi (récemment parti à El Aïn du côté d’Abou-Dhabi), Aboucherouane qui est quelque peu en délicatesse en Tunisie et Lembarki dont la convocation laisse perplexe plus d’un.L’incontesté Chemakh et le revenant Baha qui dit-on brille du côté de Malaga en « secunda » espagnole complètent cette liste. Au final, une liste assez prévisible vu la proximité de l’échéance CAN 2008, reste à voir maintenant comment Michel va faire jouer tout ce beau monde…

Talal Salahdine

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *