Petite histoire d’un grand parcours

Au début, il était un simple juge de ligne. En gravissant les échelons, il est devenu juge de chaise. Aujourd’hui, il est dans le court des grands puisqu’il figure parmi les 42 arbitres de tennis les plus sollicités par les instances de l’ATP et l’ITF. Mohamed El Jennati est un jeune homme timide et discret. Mais derrière ses apparences, se cache une grande ambition. Arbitre international professionnel depuis 1998, un titre qu’il a acquis après avoir passé avec succès les épreuves du Level 3 School, le fils de Casablanca a parcouru un long chemin avant de faire partie des arbitres les plus en vue sur la scène tennistique internationale. El Jennati a commencé sa carrière en 1986. Son premier pas, il l’a fait au Maroc où il a arbitré la finale du tournoi international juniors au Stade Olympique de Casablanca. C’était le début d’un parcours, certes, amateur, mais qui avait quelque chose de prometteur : l’ATP du RUC Omar Ben Omar, l’ATP d’Agadir, le Trophée Hassan II, le Grand Prix Hassan II… À chaque fois, il faisait preuve d’un grand talent. À l’image des tennismen, El Jennati a ces qualités de concentration et de sang froid. Aussi, il sait expliquer, du haut de la chaise, la décision qu’il prend envers tel ou tel joueur.
Ce qui lui vaut le respect même des grandes raquettes. Armé d’une grande patience, ce jeune célibataire a fait de l’apprentissage sa principale devise pour se hisser au niveau mondial. D’année en année, il a accumulé les grades. Les expériences aussi: stagiaire, 1er et 2e degré, arbitre fédéral, avant de décrocher la casquette d’arbitre instructeur. Son premier examen en tant qu’arbitre international, il l’a passé en 1992, à Casablanca, lors des phases qualificatives aux Jeux Olympiques de Barcelone. Mais le tournant de sa carrière reste les internationaux de Roland Garros, en 1991, où il était juge de ligne.
Depuis, il est sollicité partout : Wimbledon en 1993, l’US Open en 1993… Mieux encore, en 1995 il a participé à Francfort au Masters. Autrement dit, les championnats du monde qui regroupe les huit meilleurs tennismen du monde. Deux ans plus tard, on a fait appel à ses services pour la même compétition à Hanovre. Pour ce jeune arbitre, la marche vers le succès et la célébrité ne faisait que commencer.
L’année dernière, il a arbitré pas moins de 18 rencontres toutes compétitions confondues: Copenhagen, Rotterdam, Gstaad, Stuttgart, Indianapolis, US Open, Long Island…Sans oublier le match de barrage comptant pour la qualification au groupe mondial entre le prochain adversaire du Maroc, l’Espagne, et l’Ouzbékistan et qui a eu lieu au mois de septembre dernier. El Jennati a récemment été désigné par la fédération internationale de Tennis (FIT) pour officier la rencontre du premier tour de Coupe Davis groupe mondial qui opposera, du 8 au 10 courant, la République tchèque au Brésil à Ostrava.
Parcours exemplaire d’un jeune arbitre qui a su tracer sa voie pour atteindre le groupe mondial… comme les trois mousquetaires !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *