«Pied en or» ou la célébrièveté

Enfin des nouvelles de l’émission «Pied en or».
L’équipe Ramzi est en train de préparer un reportage qui sera diffusé sur la première chaîne et ce avant le début de la seconde opération, prévue au mois de mars prochain. C’est en tout cas ce que nous a confirmé Hamadi Hamiddouch, un des cadres techniques nationaux ayant pris part à cette aventure de téléréalité sportive, la première du genre au monde. « C’est un reportage qui comprend les moments forts de cette première expérience, du début jusqu’à la finale, ainsi que le voyage effectué par les lauréats de cette émission en France », a fait savoir ce dernier. Prévu ce mois-ci, ce reportage, qui est en quelque sorte le bilan de cette opération, a été reporté pour des raisons se rapportant au dernier voyage en France. Autrement dit, après avoir négocié avec un certain nombre de clubs (le Havre, Angers, Lorient et Rennes), par l’intermédiaire de deux agents français agréés par la Fédération Française de Football, les dirigeants de la société productrice attendent toujours des réponses de la part desdits clubs. Car jusqu’à maintenant et sur les 24 joueurs qui ont fait le déplacement, seuls deux joueurs, Taâlabi Tarik, 18 ans, représentant la ville de Dakhla et Rehbane Mohamed, 17 ans, de Meknès, auraient réussi à convaincre les dirigeants havrais. «Ils ont déjà signé des licences. On attend maintenant la fin de la procédure pour qu’ils puissent rejoindre ces deux clubs », a confié celui-ci. Quant à Hamada Abdel Moutaâl, heureux vainqueur de cette première édition et qui a empoché par la même occasion la somme de 100.000 DH, sans oublier les 10.000 DH de la Marocaine des Jeux et des Sports, il a été victime de son succès. Au jour d’aujourd’hui, rien de concret ne se profile à l’horizon pour le jeune Hamada, à qui l’on reproche d’avoir cet orgueil mal placé. Selon une source proche de la société productrice, le chouchou du public, puisqu’il a été élu par celui-ci, n’a pas été convaincant lors de son stage au centre de formation de l’Olympique de Lyon. Voyant échapper cette occasion, les responsables de l’émission «Pied en or» voulaient faire jouer le jeune marrakchi en équipe nationale juniors, histoire de le mettre plus en valeur.
En vain. « Il mettra du temps pour se remettre et améliorer son niveau de jeu », a tenu à préciser cette dernière. Pour le reste, le jeune Aïtbahi Said, qui intéressait le club du Havre, mais, pour avoir tenté de disparaître dans la nature en compagnie de Nabil Abdellatif et Rachid Lakhal, a été refoulé au Maroc, a finalement rejoint le club de l’Union de Touarga. D’ailleurs, il a fait son entrée le week-end dernier face au WAC.
Deux autres joueur s’entraînent, depuis quelques jours, avec l’équipe juniors du CODM. Il s’agit d’Antra Nabil et Mohamed Kacemi. Après avoir pris les commandes de l’équipe du DHJ, Abderrahim Talib, qui faisait partie de l’équipe technique de l’émission, a fait appel à Serhane Mohamed et Laârouja Younès. Bilan maigre, et c’est le moins que l’on puisse dire, quant on voit les espoirs émis par tous ces jeunes tout au long de l’émission. Certains sont allés jusqu’à abandonner leurs études pour réaliser leur rêve: celui de devenir un grand joueur de foot.
Du faux espoir, et c’est le revers de médaille d’une émission de téléréalité, pas facile à digérer pour ces jeunes venus tous, ou presque, des régions les plus lointaines. Comme Khalid Jebassi à qui l’on n’a pas proposé de rejoindre les rangs de l’équipe de la capitale ismaïlienne, mais sans succès. «Pour lui, c’est l’étranger ou rien», a confié Hamiddouch. Pour la prochaine opération, les responsables du «Pied en or» comptent consacrer l’émission aux jeunes dont l’âge se situe entre 15 et 17 ans. «C’est beaucoup mieux. Car le joueur aura plus de temps et plus de chances d’intégrer un club que ce soit au Maroc ou à l’étranger», a conclu Hamiddouch.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *