Pires, joueur de l’année

Blessé aux ligaments croisés du genou lors d’un match de la coupe d’Angleterre contre Newcastle le mois dernier, le milieu de terrain français, Robert Pires, s’est adjugé samedi dernier le titre de meilleur joueur par la presse anglaise.
L’international français a volé la vedette à l’attaquant néerlandais de Manchester United, Ruud van Nistelrooy, le devançant de seulement cinq points. Le capitaine de la sélection nationale anglaise, David Beckham, arrive troisième dans le vote, et l’avant-centre Thierry Henry, partenaire de Pires à Arsenal, quatrième.
«Évidemment, c’est un grand honneur pour moi de gagner ce trophée. Je sais ce que cela représente dans le football anglais. C’est une récompense non seulement pour moi, mais également pour tous mes coéquipiers », a déclaré Pires en réaction à cette récompense. Une récompense qui ne manquera pas de le consoler de sa non-participation à la Coupe du monde en raison de sa blessure.
Âgé de 29 ans, le Français devrait être absent des terrains de six à huit semaines.
«Bien entendu, c’est une période difficile pour moi, mais décrocher ce prix m’a donné une raison de sourire» a-t-il souligné. Le manager d’Arsenal, Arsène Wenger, a déclaré quant à lui : « Tout le monde, au club, est content pour Robert parce qu’il est évident qu’il n’avait pas du tout le moral après sa blessure.
Maintenant nous espérons simplement qu’il nous reviendra rapidement, et en pleine forme.» Arrivé à Arsenal en provenance de Marseille en juillet 2000, Pires a d’abord dû se battre pour s’imposer dans le championnat anglais. Cette saison, il a marqué 13 buts pour Arsenal et livré de nombreuses passes décisives qui ont contribué aux succès des Gunners, qui visent le doublé Coupe-Championnat cette saison.
Le manager d’Arsenal, Arsène Wenger, a annoncé que Robert Pires va se faire opérer pour soigner sa blessure au genou droit, soulignant que le milieu de terrain peut de nouveau courir mais que l’opération reste inévitable.
Wenger a déclaré qu’il parlerait au joueur à son retour en Angleterre pour confirmer la décision. Pires devait attendre trois à quatre semaines avant de prendre une quelconque décision, son genou étant trop gonflé.
Privé du mondial, Pires n’en pense pas moins que l’équipe de France a son destin mondial en main.
«La seule équipe qui peut nous battre, c’est nous-mêmes», a-t-il dit. «Nous devons tout de même respecter tout le monde car tout peut arriver dans un match à élimination directe…Nous sommes très confiants et je ne vois pas qui peut nous arrêter.
Peut-être l’Argentine, l’Italie ou le Portugal, mais nous sommes très forts », a assuré le milieu de terrain offensif d’Arsenal.
Et de conclure, non sans un brin de philosophie, «J’ai tout gagné avec l’équipe de France, donc, d’une certaine manière, ce n’est pas un drame de rater la Coupe du monde».
À rappeler que depuis Dennis Bergkamp en 1998, aucun joueur d’Arsenal n’avait remporté le prix des journalistes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *