Pour le maintien en groupe mondial

Week-end décisif pour les tennismen marocains. L’équipe nationale marocaine y joue sa dernière carte pour le maintien dans le groupe mondial. Des rencontres comptant pour la Coupe Davis et programmées le 20, 21 et 22 septembre au complexe Al Amal de Casablanca. Le team national devra en découdre avec l’équipe nationale suisse pour un match barrage. L’enjeu n’est autre que la sauvegarde de la place marocaine parmi l’élite tennistique mondiale. Un nouveau défi donc pour le tennis marocain. Les deux sélections s’étaient rencontrées en 1996 en Suisse pour le compte des qualifications au groupe mondial. Une confrontation où les nationaux avaient essuyé un cuisant échec puisqu’elle a été terminée en faveur des Suisses par cinq victoires à zéro. L’équipe nationale, composée des jeunes Mounir El Aaraj, Mehdi Tahiri, Larbi Gharnit et Blal Chemseddine, n’a pas pu tenir tête à la Suisse, au sommet de sa gloire à l’époque.
Le rendez-vous se répète encore une fois. Et pour cause, la défaite des Marocains, en février dernier au premier tour du groupe mondial face aux espagnols à Saragosse par 3 victoires à 2. Une défaite qu’avait essuyée l’équipe marocaine à l’issue du dernier match du simple disputé dimanche et où Karim Alami a été contraint à l’abandon suite à une blessure à la cuisse gauche. Les deux équipes étaient à deux victoires chacune. C’est dire combien la lutte était rude.
L’histoire se répète pour les vaillants tennismen marocains qui, en deux participations, n’ont jamais pu franchir le cap du premier tour. Mais cela n’enlève rien à leur talent et à leur mérite. Déjà, leur présence dans ce stade de la compétition, une sorte de coupe du monde réunissant les 16 meilleures nations du tennis au monde, est un exploit. Maintenant que l’heure de vérité a sonné, les préparatifs pour ce rendez-vous vont bon train. Hicham Arazi, Karim Alami et Mehdi Tahiri sont déjà de retour au pays, le temps de cette compétition. Loin de leurs jours de gloire, Hicham Arazi et Karim Alami devront faire de leur mieux pour se repositionner dans le classement mondial, où ils se contentent pour le moment d’occuper le bas de l’échelle. Le magnifique Younes El Aynaoui, après un parcours exemplaire ces deux dernières années, et Mounir El Aârej, ont entamé leurs préparations à Barcelone et rejoindront les autres joueurs vendredi. Al Ayanoui, qui n’en finit pas d’honorer le drapeau marocain sur la scène internationale, sera de retour au complexe Al Amal, où il a ravi les spectateurs en s’adjugeant le Grand Prix Hassan il y a quelques mois. Même si la bataille s’annonce des plus acharnées, deux atouts majeurs font que l’équipe nationale a de fortes chances de l’emporter.
D’une part, l’esprit d’équipe qui règne parmi les joueurs. Les rapports d’amitié et de solidarité qu’entretiennent les joueurs, témoignent de leurs grandes qualités à la fois sportives et humaines.
D’autre part, la tenue de cette compétition à Casablanca ne manquera pas de drainer les foules, assoiffées de voir jouer ses stars at-home. Pour notre plus grand plaisir. D’après l’entraîneur de l’équipe nationale, Amine Ghissassi, le moral des tennismen marocains est au beau fixe. Les joueurs sont très motivés et déterminés à faire la différence devant leurs adversaires. Le but est de réaliser un bon résultat et être à la hauteur des espérances du public. Cela dit, les ennemis du week-end d’El Aynaoui sont loin d’être une proie facile. Des joueurs comme Federer ou Rosset risquent de poser plus d’une embûche sur le chemin des Marocains. Les rencontres seront disputées en terre battue, ce qui va avantager les joueurs marocains qui y sont plus adaptés que les Suisses. L’heure de la revanche a sonné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *