Pourquoi le football national est en crise

Pourquoi le football national est en crise

L’équipe nationale a subi, devant son public, la supériorité du Gabon.  Elle sera amenée à redresser la barre face au Cameroun le 6 juin à Yaoundé au Cameroun. La grande majorité des observateurs considèrent que le Onze national sera écarté de la course vers le Mondial, avec des joueurs 100% professionnels et qui sont même considérés surdoués, par la majorité des gens. «Roger Lemerre a déclaré être surpris par le niveau de jeu des Gabonais. Cela veut dire qu’il n’a pas consacré assez de temps pour évaluer les capacités de cette équipe. Du fait, qu’il était étonné», a déclaré à ALM une source proche de la sélection nationale. Lemerre a  même ajouté : «on n’a pas eu de chances face au Gabon». Ceci étant, le sélectionneur comptait encore sur la chance lors des phases qualificatives pour le Mondial 2010, ce grand événement tant attendu, aussi bien par les amateurs que par les professionnels du ballon rond.
 En visionnant le scénario du match, le résultat pouvait  empirer avec une défense nationale jugée unanimement fébrile et qui était pourtant menée par deux footballeurs expérimentés, Talal El Kerkouri et Badr El Kadouri, mais qui, selon les connaisseurs du football, manquaient de rapidité qui est exigée dans telle compétition. À ces deux, s’ajoute Amine Rbati, évoluant au sein du club d’Al Wahda des Emirats arabes unis. En général, le temps a prouvé qu’un footballeur qui évolue au sein d’un pays du Golfe ne pouvant être parfaitement rentable avec son équipe nationale principalement dans une compétition de grande envergure. On était tous persuadés que l’international Abdeslam Ouaddou allait enfin faire son entrée pour combler le terrible vide défensif. A notre surprise, cela n’a pas été le cas.
L’international a fait un retour anticipé lundi soir à Nancy. Selon le quotidien français «L’équipe», il souffrait d’une douleur à la cuisse. Dans ses pronostics, Ouaddou avait considéré le Cameroun favori du groupe A contrairement à Youssef Hadji qui avait déclaré avant le match : «On vise la Coupe du monde». Le Français Alain Giresse, entraîneur des Gabonais, vise toujours une place pour la Coupe d’Afrique qui aura lieu en Angola en janvier 2010. Pourtant, il a été critiqué pour manque de confiance en soi et d’optimisme. Giresse  est l’entraîneur des Panthères du Gabon depuis mars 2007. Roger Lemerre est quant à lui  arrivé à la tête de l’équipe nationale en juillet 2008 avec 37.500 euros par mois. Hamadi H’midouch, entraîneur national de renom, a dit à ALM à propos de la défaite que «le score était sévère pour une équipe qui n’a pas perdu à domicile lors d’un match officiel depuis 1988 en demi-finales de la Coupe d’Afrique qui s’est déroulée au Maroc» avant d’ajouter: «Le jeu était décousu sans inspiration et sans créativité. Toutes les lignes n’avaient pas un rendement efficace, ce qui a permis au Gabon de s’exprimer facilement par les contre-attaques». Aujourd’hui, plusieurs questions se posent. Est-ce qu’on ne pouvait pas faire mieux avec des locaux qui au moins ont plus l’habitude de jouer sur la terre africaine et partagent la même langue. Pour H’midouch, il n’existe aucune sélection au monde où les joueurs ne partagent pas au moins une seule langue. Messi, quand il revient en Argentine, il s’exprime avec la langue du pays. Par conséquent, il y a un manque de communication. Certaines sources disent même qu’il y a une mésentente entre Fathi Jamal et Roger Lemerre au sujet des choix des joueurs. Ces mêmes sources prétendent que Sekkat du WAC pourra avoir sa place dans la sélection au lieu de Badr Kadouri. Mourad Aïni n’est- t’il pas plus rapide et plus efficace ? Allaoui des FAR, un joueur qui se bat sur le terrain, pourrait être plus rentable que Chamakh, un grand attaquant de pointe.
Mohamed Naciri, directeur administratif du GNFE, a précisé : «Cet échec est inacceptable et ne reflète pas les moyens matériels immenses qui sont consacrés par la Fédération aux joueurs et à l’ensemble du staff. Ils n’ont aucun souci matériel ou financier. Jamais dans l’histoire du football national, une Fédération n’a proposé autant de primes et de moyens pour une sélection de football», a-t-il ajouté. La Fédération avait annoncé une somme de 60.000 DH pour chaque point gagné.
Ceci dit, la mission la plus difficile pour Roger Lemerre en ce moment crucial n’est pas de s’imposer, mais aussi de redonner confiance à ces jeunes et de créer cette cohésion qui existait clairement chez les Gabonais, le jour de la rencontre. «L’annonce de la tenue de la fédération de son assemblée générale extraordinaire n’est pas une surprise en soi. Puisque cela devait se faire depuis un bon moment. On s’attendait à un changement. Et cette décision en est une», a affirmé M.Naciri. Actuellement, les instances de la Fédération préparent les rapports moral et financier pour la tenue de cette assemblée.
Ali Fassi Fihri, membre du Comité directeur du Club Fath Union Sport (FUS), a annoncé mercredi sa candidature pour la présidence de la FRMF.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *