Premier Marocain à relier les cinq continents

Premier Marocain à relier les cinq continents

Hassan Baraka s’apprête à ajouter une nouvelle conquête à son tableau de chasse. L’athlète marocain traversera à la nage le Golfe d’Aqaba (20 km) entre les villes Dahab en Égypte et Maqna, en Arabie Saoudite.
L’athlète, qui a réussi, à ce jour, la prouesse de réaliser les traversées Europe-Afrique, Europe-Asie, Amérique-Asie et, récemment, Océanie-Asie, prévoit d’effectuer la traversée de la Mer rouge, dernière étape de son tour du monde à la nage, mardi prochain.
Son challenge qu’il a entamé en 2013 de relier à la nage les cinq continents vise à sensibiliser sur la nécessité de la préservation de l’environnement maritime.

Dans une déclaration, l’athlète marocain, qui venait d’arriver, vendredi, au Golfe de Dahab dans le Sinaï d’où il entamera la traversée de la Mer rouge (25 km) en direction de la ville saoudienne de Maqana, a indiqué que cette initiative constitue, en plus de son caractère sportif, un message appelant à l’attachement aux valeurs de solidarité, de coexistence et de préservation de l’environnement face aux menaces de la pollution maritime.
Il a, en outre, fait savoir que son initiative, placée sous la présidence d’honneur de SAR la Princesse Lalla Hasna, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, a été engagée avec l’organisation de campagnes de sensibilisation dans plusieurs plages marocaines en vue d’attirer l’attention sur les conséquences de la pollution des océans sur les richesses halieutiques et la nécessité de leur protection.
Hassan Baraka a également rappelé que cette étape est la dernière de son challenge après lesdites traversées, ajoutant qu’il s’attend lors de cette dernière étape à certaines difficultés liées aux conditions météorologiques que connaît le Golfe de Dahab ces derniers jours, particulièrement, les vents contraires.

En plongeant dans ses souvenirs, Hassan Baraka a révélé que chaque traversée a ses difficultés, rappelant que l’étape indonésienne a été la plus dure bien qu’elle soit très courte (6 km) à cause des forts courants maritimes et des morsures des méduses qui lui ont provoqué des paralysies momentanées aux bras et aux jambes l’empêchant de parachever la distance prévue initialement (9 km).
Natif de Tétouan, Hassan Baraka (27 ans) a pratiqué plusieurs sports, notamment, le rugby, le judo et le triathlon mais c’est la natation qui l’a le plus passionné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *