Premier test de Fakhreddine

Depuis la démission du Français, Ladislas Lozano, on n’a pas cessé d’avancer plusieurs noms coatcher le Wydad de Casablanca. Des rumeurs circulaient par ci et par là sur un éventuel recrutement de l’ex-entraîneur de l’équipe nationale, Abdellah Blinda.
En fin de compte il n’en fut rien. Car il s’est avéré par la suite que c’est l’enfant chéri des Rouge et Blanc, Fakhreddine Rajhi, qui conduira le champion d’automne pour le reste de la compétition, aussi bien nationale qu’africaine. Une décision prise en concertation avec les différentes composantes de la famille du WAC. Un choix audacieux et judicieux, surtout quant on sait que le cadre technique national a toujours été méprisé et sous-estimé.
Contacté par «Aujourd’hui le Maroc», Fakhreddine a déclaré qu’il était toujours un Wydadi au service du Wydad. Sur les formalités du contrat, rien n’a encore été fixé. Mais une chose est sûre, l’ancien entraîneur du Raja d’Agadir a déclaré ne ménager aucun effort pour faire sortir son club de l’impasse. « Je suis là pour donner à mon club l’image qu’il mérite.
Ça va demander du temps et je serai amené à faire preuve de mes compétences. Si on veut de moi, je suis là au service du club. Et si les dirigeants veulent que j’assure l’intérim, en attendant le recrutement d’un nouvel entraîneur, ça ne me pose aucun problème», explique Fakhreddine. Conscient de la responsabilité qui lui incombe, l’ex-attaquant du WAC ne mâche pas ses mots.
«Ã‡a va être difficile. Mon premier test coïncide avec le match retour de la coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupes. Et quand on voit la crise que traverse actuellement le club, ce n’est pas aussi facile que l’on pourrait croire », tient à souligner ce dernier.
Pour Fakhreddine, le temps presse et la tâche est lourde. Dès sa désignation, le jour du départ de Lozano, il a pris en main l’effectif des Rouge et Blanc avec, comme premier contact, une séance d’entraînement. Outre l’aspect physique et tactique, il s’agit pour le nouveau messie des Rouge et Blanc de remonter le moral aux coéquipiers de Rabie Lafoui. «J’ai beaucoup travaillé sur cet aspect-là. Je demande au large public du WAC de venir soutenir son équipe lors de cette rencontre. C’est très important au niveau psychologique. Plus que jamais, le club a besoin de ses supporters », précise-t-il. Il faut dire que réussir au Wydad, n’est pas une mince affaire. Depuis le départ de Youri, qui a fait le bonheur du club, plusieurs entraîneurs se sont succédés, mais sans pour autant rééditer le même exploit. C’est dire qu’une grande responsabilité attend Fakhreddine. Chose que ce dernier ne cache pas. En tant que joueur et entraîneur, expérimenté, il a assez d’atouts pour réussir avec le WAC. « Avant, c’était difficile pour moi de diriger une grande équipe comme le Wydad, par ce qu’il y avait des joueurs qui ont évolué à mes côtés pendant des saisons.
Maintenant que les choses ont changé et que j’ai suivi une formation, que j’ai l’expérience d’entraîneur, entre autres celle du Raja d’Agadir et que j’ai le respect de tous les joueurs, je crois que je vais relever ce défi », explique Fakhreddine, tout confiant et rassurant, lui qui l’était aussi sur ses dribbles et ses centres calculés aux millimètres près !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *