Première Coupe du Trône de billard

La tenue d’un premier Championnat du Maroc de billard américain ne pouvait avoir d’autres suites logiques, s’entend, que l’organisation de la Coupe du trône, trophée prestigieux convoité par les sportifs, toutes disciplines confondues. Trois semaines de confrontation auront été nécessaires afin de «tamiser» les divers participants, représentant les 25 clubs que compte le pays. Quelques évictions plus tard, les phases finales furent investies par sept clubs distincts. Le tableau masculin connut le sacre de Jamal Oussi, qui eut le privilège de remporter la Coupe du Trône. Privilège car premier du nom, ce trophée s’est, d’ores et déjà, adjugé son piédestal dans les dédales de l’Histoire. Son conquistador également. Jamal Oussi, qui évolue au sein du club Jokus de Rabat, a réalisé sa victoire au détriment de Omar Mounchid, du club Apostrophe de Rabat. La troisième place revint à Youness Serghini, de l’Association de Safi, tandis que Hicham Barakat, du club First de Casablanca et seul représentant de la ville blanche dans le carré d’or masculin, se contentera de la quatrième place. Chez les dames, le verdict de Fati Hana sera sans appel : la Coupe du Trône féminine et l’entrée de plain-pied dans les annales du billard marocain. Absente du Championnat national, Fati Hana, évoluant au sein du club casablancais First, signera la fin de parcours pour Nadia Megach, de l’Association Ben M’sik. Le club First d’Agadir et le Havana de Casablanca occuperont respectivement la troisième et quatrième places, grâce aux prestations de Samia Mansouri et Rokia Abou Naîm. Le président de la FRMSBS, Abderzzak Fahim, estime que «la compétition était de très bon niveau et le fait qu’elle se déroule dans la salle Ahmed Bensouda de Ben M’sik, relativement plus petite que le Complexe Mohammed V où a eu lieu le Championnat, lui a donné une autre dimension, dans la mesure où la salle était archicomble et il y régnait une pure ambiance de compétition.» Par ailleurs, la FRMSBS a prononcé la première sanction de sa jeune existence. Il s’agit d’une suspension pour une durée d’un an à l’encontre d’un participant, ayant logé dans un hôtel qu’il a quitté sans pour autant s’acquitter de sa facture. Un geste symbolique qui met en exergue la volonté de la fédération de mettre un terme au terne qui infecte la discipline au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *