Quand le Barça va mal

Un scandale et c’était la goutte qui a fait déborder le vase. Cinq joueurs du FC Barcelone participent à une orgie dans l’hôtel où ils étaient concentrés samedi dernier, la veille de la rencontre contre le Rayo Vallecano, soldée par la défaite du Barça par deux buts à un.
Une poupée gonflable avec un bonnet du Barça était là dimanche, sur le Camp Nou. Une façon pour les supporters de l’équipe d’exprimer leur mécontentement. Une fois le sifflet final donné, le Camp Nou ovationnait la petite équipe d’Osasuna qui venait de terrasser le Barça des Rivaldo, Kluivert et Saviola et huait ses propres joueurs. Certains, excédés, ont même fait irruption dans les loges présidentielles pour réclamer la démission du président Joan Gaspart, tout en commettant des actes de vandalisme.
Une chose est sûre: le club est ses aficionados sont en passe de divorcer. Après avoir atteint un sommet pendant la saison 1999-2000 avec une moyenne de 70.955 personnes par match de Liga (la capacité du stade est de 98.600), la fréquentation du Camp Nou, fief de l’équipe, est passée à 68.444 en 2000-2001, pour atteindre 52.222 depuis le début de la saison. L’orgie, qui défraye la chronique en Espagne depuis une semaine, n’est qu’un épisode d’un festival d’erreurs et de scandales en Catalogne. Joueurs et dirigeants collectionnent les mauvais points depuis deux ans dans une atmosphère d’anarchie générale.
S’agissant des joueurs, le Néerlandais Patrick Kluivert a subi un contrôle d’alcoolémie positif alors qu’il circulait en voiture dans la capitale catalane, début décembre dernier. Donnant peu de cas de l’avis des médecins du club, le Brésilien Rivaldo est allé, de son côté, jouer un match avec la sélection brésilienne. Frank de Boer a été contrôlé positif à la nandrolone à la fin de la saison dernière, Abelardo et Sergi ont préféré faire leur rééducation après blessure avec d’autres médecins que ceux du club, Javier Saviola est allé faire des courses en Andorre un après-midi de match qui a vu le club éliminé, dès le premier tour, de la Coupe d’Espagne contre Figueras, un club de 3e division. Côté dirigeants, Joan Gaspart a reconnu à noël que le club avait versé pas moins de 5 millions d’euros en commissions occultes de transfert.
L’ancien conseiller du club, Javier Minguella, fait l’objet d’une enquête pour corruption au Brésil, le club s’est fait subtiliser Luis Figo par le Real Madrid et a recruté massivement engageant des joueurs qui ne jouent ou ne jouaient pas ou peu (Alfonso, Gerard, Geovanni, Rochemback, Overmars, Saviola…). Pire que cela, les dirigeants n’ont pas encore renouvelé le contrat d’un joueur historique comme Abelardo blessé. Rivaldo, quant à lui, a été placé à plusieurs reprises sur le marché des transferts.
Les conséquences sont désastreuses. « Ce n’est pas le club qui est en crise mais l’équipe », tente de convaincre Joan Gaspart, élu il y a 18 mois à la présidence du club. Une phrase qui est un aveu sur l’état moral dans le vestiaire du FC Barcelone.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *