Quarts de finale aller de la Ligue des champions: Le Real et le PSG partent favoris

Quarts de finale aller de la Ligue des champions: Le Real et le PSG partent favoris

Qu’il est grand le gouffre entre l’ogre Real, 10 sacres en C1 et 33 participations aux quarts, et l’inexpérimenté club allemand, dont c’est seulement la deuxième apparition dans l’épreuve-reine européenne après 2009-2010 !

Ils ne sont plus que huit à viser la finale de Ligue des champions le 28 mai à Milan, et les affiches des quarts de finale qui ont débuté hier font saliver avec le duel des nouveaux riches Paris SG-Manchester City.

A Paris, aujourd’hui, le champion de France, racheté en 2011 par le Qatar, accueille donc son jumeau, Manchester City, propriété d’un fonds d’investissement d’Abou Dhabi depuis 2008.

Si le modèle économique est proche, le développement diverge. En peu de temps, le PSG a davantage gagné en exposition médiatique et crédibilité sportive. Samir Nasri, joueur de City (qui n’avait pas été inscrit sur la liste en C1 pour raisons médicales), acquiesce. «Pourquoi? Beaucoup plus de stabilité au PSG. Leonardo a construit l’équipe et Blanc est dans la continuité de ce que faisait Ancelotti. Au niveau du recrutement, (à Manchester City), ça change beaucoup, il y a trois ou quatre nouveaux joueurs qui arrivent chaque été», confie-t-il dans L’Equipe.
Le PSG peut, également compter sur son virevoltant Angel Di Maria. Décisif face à Chelsea, Di Maria ne peut s’en contenter: l’Argentin, recruté pour 63 millions d’euros pour permettre au Paris SG d’atteindre enfin  le dernier carré de la Ligue des champions, sait qu’il est très attendu contre Manchester City ce mercredi en quarts de finale aller.

Le Parc des Princes, frustré par trois échecs consécutifs en quarts de finale, frémit déjà de voir «Angelito» exaucer ses prières. A ce titre, la pression sera grande, mais celui qui a grandement contribué à la decima (10e sacre européen) du Real Madrid en 2014, sait précisément comment être à la hauteur de ces joutes. Et malgré un coup au tibia, reçu la semaine passée avec l’Albiceleste, qui ne l’empêchera pas de tenir sa place, il se trouve être dans une très bonne forme.

Lors de la même soirée, une autre rencontre programmée également à 19h45 mettra aux prises Wolfsburg au Real Madrid. Pour Zinedine Zidane, l’appétit vient en mangeant. Après avoir dévoré le Fc Barcelone il compte maintenant aller croquer les loups allemands, novices à ce stade des quarts de finale aller.

Et qu’il est grand le gouffre entre l’ogre Real, 10 sacres en C1 et 33 participations aux quarts, et l’inexpérimenté club allemand, dont c’est seulement la deuxième apparition dans l’épreuve-reine européenne après 2009-2010 !
A Wolfsburg, l’équipe de Zidane rêve d’un nouveau festin: il s’agit de surfer sur la probante victoire obtenue samedi dans le clasico et de montrer que le Real a de nouveau les crocs après une saison en dents de scie.

«(Cette victoire) nous place mentalement dans une position très solide, nous pouvons battre n’importe qui quand nous sommes dans un bon jour», a prévenu l’attaquant gallois Gareth Bale.

Auteur d’un coup d’éclat mémorable au Camp Nou, Zinédine Zidane en est ressorti conforté. Et il peut sereinement préparer l’objectif N.1 de la fin de saison merengue: tenter de conquérir la «Undecima», la 11e C1 du club le plus titré de l’histoire de la compétition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *