Quatre néophytes chez les grands

La Chine, l’Equateur, le Sénégal et la Slovénie participeront pour la première fois, samedi à Busan (Corée du sud), au tirage au sort du premier tour de la phase finale d’une coupe du monde de football. Si l’avènement au football de la chine, le pays le plus peuplé de la planète, est essentiellement dû au travail de fond d’un homme, le serbe bora Milutinovic, les trois autres nations présentent des atouts sportifs de premier ordre qui peuvent leur permettre de croire raisonnablement en leur chance de passer le premier tour. Cinq sur cinq Milutinovic, inlassable mercenaire du football, disputera en 2002 son cinquième mondial consécutif, avec une équipe différente à chaque fois. Dans ce pays de 1,3 milliards d’habitants, Milutinovic n’a eu que le choix pour puiser dans les 4,3 millions de licenciés afin de bâtir une formation compétitive, même si elle pèche essentiellement par son manque d’expérience du haut niveau. Seuls trois joueurs évoluent en effet hors de chine et la principale force de cette équipe réside dans son bloc défensif qui fera souffrir les meilleurs, à l’image de son gardien phénomène, Jingle Jin, sacré, du haut de ses 2,02 m, meilleur gardien de la coupe d’Asie 2000 disputée au Liban. L’Equateur, avec ses 31.000 licenciés, est aux antipodes de la chine et fait figure de petit poucet. pourtant, dans la difficile poule unique sud-américaine, les hommes de Hernan Jaramillo ont terminé à la deuxième place avec 9 victoires, dont une contre le brésil (1-0), 3 nuls et 5 défaites, dont 3 dans les 5 premiers matches. Révélation sud-américaine de service, l’Equateur est complet dans toutes ses lignes et rêve d’un parcours semblable à celui du Paraguay en 1998. Les talents sénégalais la Slovénie est un peu dans le même cas. Neuf ans après son affiliation à la fédération internationale (FIFA), les Slovènes ont déjà décroché une qualification pour la phase finale de l’euro-2000, où ils ont buté contre l’Espagne (1-2)mais ils ont réalisé un parcours sans faute dans leur poule de qualification pour le mondial avec 5 victoires et 2 nuls avant de remporter leur barrage contre la Roumanie (2-1, 1-1)invaincus malgré l’absence de leur meneur et star Zlatko Zahovic, les Slovènes (2 millions d’habitants, 25.000 licenciés) sont dirigés de main de maître par Srecko Katanec, 31 sélections avec la Yougoslavie, dont l’expérience n’a rien à envier à celle de Milutinovic. enfin, Dernier petit poucet, le Sénégal, c’est presque le talent à l’état pur. Sortis d’un groupe pourtant difficile avec le Maroc, l’Egypte, l’Algérie, les hommes de l’ancien professionnel de sedan (France), Bruno Metsu, comptent sur l’éclosion d’une génération de surdoués dont la grande majorité évolue au pays des champions du monde. Henri Camara (sedan) et surtout El Hadji Diouf (Lens), huit buts en éliminatoires, sont les attaquants vedettes d’une équipe qui est la parfaite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *