Que la lutte commence

L’équipe nationale est au Caire pour disputer le 21e championnat d’Afrique des nations de lutte. Une compétition continentale qui débutera le jeudi 16 mai avec la pesée de tous les athlètes participants. La délégation marocaine s’est envolée pour l’Egypte à partir de l’aéroport Mohammed V ce mercredi pour rallier le Caire qui abrite cette grande manifestation sportive africaine. Ce sera aussi bien dans la lutte libre et la lutte gréco-romaine.
Le président de la Fédération royale marocaine de lutte (F.R.M.L) Maître Mohamed Siboub est confiant quant à la participation marocaine. «Nos athlètes sont fin prêts pour le Caire dans le seul et unique but de redorer le blason de ce sport olympique qui nous est très cher. Nous sommes plus que jamais déterminés à représenter comme il se doit le royaume et nous espérons revenir au Maroc avec le plus grand nombre de médailles». Panev Todorov, le coach Bulgare de l’équipe nationale confirme les déclarations du président de la F.R.M.L, insistants sur les capacités physiques et tactiques de nos joueurs. « Nos lutteurs sont prêts physiquement, tactiquement et moralement. Reste à prouver ce dont on est capable sur le tapis.
L’important pour nous est de gagner», affirme Panev. Afin d’y parvenir et pour les deux types de lutte, le directeur technique Mohamed Ben Slimane a convoqué huit lutteurs hommes de grandes qualités techniques et d’un très haut niveau. Parmi eux figure Miloud Bouazzaoui dans la catégorie des 60 kg et Mohamed Mahraoui, champion d’Afrique lors de la dernière édition à El Jadida.
Il évoluera dans la catégorie des 66 kg et dispose de fortes chances de réitérer son exploit et confirmer la suprématie des nationaux. Des champions en titre mais aussi des anciens du calibre de Anouar Kandafil , ex-champion d’Afrique de la catégorie des 74 kg. Kandafil qui, renoue cette année avec la compétition internationale après la dure suspension dont il a fait l’objet par la Fédération internationale des luttes associés.
Il avait été contrôlé positif au championnat d’Afrique à Tunis. D’autres lutteurs seront au rendez-vous, à l’image de Mounouni dans la catégorie des 84 kg, Mustapha Bouiri, champion d’Afrique à El Jadida dans la catégorie des 66 kg et Mohamed Kharafani dans la catégorie des 84 kg. La lutte féminine est au rendez-vous avec quatre lutteuses : Othmani Kawtar dans la catégorie des 48 kg, Rajib Rajae dans la catégorie des 51 kg (ex-vice championne d’Afrique à El Jadida, Najah Wafae dans la catégorie des 55 kg et Ressam Latifa dans la catégorie des 63 kg.
A signaler que l’élément féminin joue la lutte libre seulement. Afin de préparer cette manifestation continentale, l’équipe nationale de lutte a effectué plusieurs stages, notamment à Casablanca au centre Bourgogne et à Rabat dans le centre sportif de l’Institut Moulay Rachid. Des stages qui se sont limités au royaume. Aucune préparation n’a été envisagée en Europe ou ailleurs et ceci est dû essentiellement à une carence en moyens financiers. Il est à rappeler que la lutte a longtemps fait la gloire du sport national, avant de sombrer dans une léthargie totale qui a failli sonner le glas de cette discipline. Fort de ses joueurs attitrés, le Maroc réussit tant bien que mal à maintenir le cap. En tout cas, pour ce rendez-vous africain, tout laisse croire que notre pays aura son mot à dire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *