Rahilou prône la professionnalisme

Aujpurd’hui le Maroc : Quel est l’enjeu de votre prochain match, et comment se déroule votre préparation?
Khalid Rahilou : Je suis tout simplement à la reconquête de mon titre mondial. Un titre que j’ai remporté en 1997 après ma victoire sur l’Américain Franckie Randall à Nashville mais qui m’a échappé. Je veux clôturer ma carrière professionnelle sur une note positive. Pour cela, j’ai envie de me faire plaisir encore une année sur les rings. Ma prochaine rencontre aura lieu le 18 janvier prochain contre le Hongrois Tango Kaloscaï à Clément Ferrand, en France. Je suis actuellement en préparation au Club de Hay Mohammedi à Casablanca sous la houlette des deux frères Achik. Ce sera L’occasion de conforter ma place dans le classement mondial du WTA, poids super léger, avant de disputer mon ancien titre dans six mois.
Vous avez parlé de retraite l’année prochaine. Quels sont vos projets à venir?
Mon rêve serait de pouvoir contribuer au développement de la boxe au Maroc et créer une ligue de boxe professionnelle. Une ligue qui saurait combler la lacune qui existe déjà à ce niveau. Le Maroc n’a pas encore de joueurs professionnels en boxe et je trouve que c’est dramatique. Notre pays regorge de potentialités. Les jeunes boxeurs sont talentueux, motivés et veulent réussir. Mais ils manquent d’encadrement, d’infrastructures et de moyens pour évoluer comme il se doit. J’ai eu l’occasion de repérer des talents qui sont capables de réussir une grande carrière professionnelle. Je suis prêt à consacrer mon savoir et mon expérience au service de ses jeunes talents. Pour cela, il faut que les autorités marocaines, le ministère de la jeunesse et des sports notamment, me viennent en aide.
Quel bilan faites-vous de la boxe pour amateurs au Maroc ?
Comme je l’ai déjà dit, le potentiel ne manque pas. Ce qui est déplorable par contre, c’est le gâchis dans lequel sombre la boxe au Maroc.
Les luttes intestines que connaît la fédération depuis déjà longtemps ont fini par venir à bout d’une discipline qui a pourtant brillé des années durant. Je crois qu’il y a énormément d’efforts à consentir pour sortir le boxe de son marasme.
Le ministère de la jeunesse et des sports a un grand rôle à jouer dans ce sens. Mon voeu est que J’espère que la prochaine assemblée générale de la Fédération de boxe puisse aboutir à un programme concret pour rendre à ce sport la place qu’il mérite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *