Raja : L’an I du renouveau

Un stade en fête donc, un public aux anges, la star Alloudi – buteur tant à l’aller qu’au retour face aux Egyptiens de ENPPI – fêté comme un héros national…
Certes, les «Verts avaient laissé échapper le titre national au profit du Wydad (le premier après 13 ans d’abstinence» !!), mais l’avenir s’annonçait radieux.
Normal ! Un titre, continental de surcroît, en appelle un autre, etc. Et ainsi va le foot de haut niveau. 
Une élimination précoce en Champions League africaine  face aux redoutables Kabyles de la JSK (avec toutes les amitiés de Yacef  nouvelle recrue du WAC et  auteur d’un triplé à l’aller) préfigurera de ce que sera la saison 2006-2007 pour le Raja : celle de toutes les désillusions.
On s’en souvient encore : un début de championnat poussif, une élimination dès le premier tour contre les Saoudiens d’El Ahly en Arab Cup, dont le Raja était le tenant, un derby fatal (0-1 à Rabat) et c’est Oscar Fullone, le sorcier argentin, qui saute.
Lui succédera Paco Fortes, venu sur les conseils de Redouane Hajri, alors dans le staff technique rajaoui et qui fut longtemps joueur sous les ordres de Fortes à Farense au Portugal. Le coach ibérique réalisera l’exploit de tenir  six mois sans la moindre victoire et donc un Raja au plus mal qui laisse partir Aboucherouane en Tunisie et flirte dangereusement avec la relégation.
Fortes est débarqué à son tour, Nejmi fils du club vient à la rescousse. Des victoires salutaires dans un stade Mohammed V de nouveau ouvert face au MCO 5-1 et au MAS 3-0 permettent d’éloigner définitivement le spectre de la descente. Ouf…
On l’imagine, c’est un Raja convalescent qui attaque ce championnat 2007-2008.  La préparation fut studieuse sous la houlette du Français Jean-Yves Chay avec Ayni du DHJ et Bourkadi (MAS) comme principales recrues et tout un public qui se remet à respirer et espère oublier le scénario de l’édition 2006-2007.
Seul point noir : le départ pour le Golfe de Soufiane Alloudi meilleur rajaoui depuis 2 saisons et véritablement le seul joueur de champ du GNF qui peut légitimement aspirer à une place de titulaire en sélection. «Juste pour trois mois», assurent les dirigeants, «pour toujours», craignent les supporters…
Pour la première journée et dans un contexte peu évident : jouer le tenant khrouribgui chez lui, le Raja « new look » n’a pas été ridicule. Loin de là même, l’équipe de Derb Sultane où furent alignés de nombreux jeunes, dont les prometteurs Metouali et Jlaidi (auteur de l’égalisation)  ne se sont pas démunis et réussirent à ramener un nul méritoire (1-1).
La saison est donc lancée pour les Verts. Un derby chaud chaud chaud les attend en Coupe dans moins d’un mois, de même qu’une nouvelle participation en Arab Cup. Ce n’est sûrement pas leur médiocre 11ème place de l’an dernier qui leur donne ce privilège, mais une invitation express du groupe ART de participer à l’édition de cette année.
Comme quoi les grandes équipes ne meurent jamais…

Talal Salahdine

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *