Rallye Classic : «sublime» étape d’Agadir à Zagora

Rallye Classic : «sublime» étape d’Agadir à Zagora

Partie tôt dans la matinée du mardi (21 mars) à partir d’Agadir, la caravane du Rallye Classic a eu droit à une troisième étape «sublime», du moins sur le plan météorologique. C’est ce qu’a affirmé Jean-François Rageys, l’organisateur du Rallye, contacté au téléphone par ALM. «Ce parcours d’environ 470 kilomètres et qui faisait Agadir, Taroudant, Taliouine, Tazenakht et Zagora était une sublime étape que tout le monde a apprécié. Nous sommes partis d’Agadir avec un temps nuageux et un peu pluvieux, puis à partir de Taliouine, nous avons eu d’un seul coup le soleil». Quant à l’épreuve en elle-même, elle a été plutôt difficile, puisqu’il s’agissait d’une étape «marathon».
A cela, les modestes infrastructures routières de la région ont donné du fil à retordre à quelques équipages. Certains véhicules en ont même fait les frais au niveau de leurs trains roulants à l’image du Cabriolet Porsche Carrera 4 de Philippe Coste (catégorie «Prestige») qui a crevé un pneu. C’est ce qu’a rapporté J-F. Rageys, qui a aussi précisé qu’il n’y a eu aucun abandon ce jour-là à l’inverse de la veille où il y en avait eu cinq. Autre candidat à avoir souffert de l’état dégradé des routes, Rafik Lahlou, qui est toujours deuxième au classement «Prestige». Contacté par ALM, Rafik a déclaré : «La température était certes idéale, mais les routes étaient bosselées et criblées de nids de poule. Nous avons attaqué fort dans les virages à tel point que j’ai cogné le spoiler de ma voiture du fait de la fermeté des suspensions». Plus de peur que de mal, Rafik a terminé deuxième de cette étape dans la catégorie «Prestige», derrière l’équipage vainqueur. Il s’agissait en l’occurrence du duo serbe Zorika Milojkovic-Maja Ljubisvljevic sur Mercedes SL 600. Dans la catégorie reine du «Classic», la victoire est revenue à l’équipage Rafaël Cerezo Laporta- Jose Ramon Cerezo Laporta sur Jaguar XK140 (1954), suivi par les suisses Reiner et Bettina Pfefferkorn sur une Lincoln Continental de 1962.  Au classement général, soit après les trois premières étapes, c’est le duo suisse de Paolo Solari Bozzi-Claudia Kesselring (sur Alfa Roméo Giulietta Spider de 1959) qui chapeaute le «Classic» et Zorika Milojkovic-Maja Ljubisvljevic dans la catégorie «Prestige».
Quant à la vente aux enchères qui s’était déroulée la veille, elle a permis aux organisateurs de récolter un montant d’environ 400.000 dirhams.
Une somme assez élevée, atteinte grâce à la générosité des participants mais aussi du fait des lots mis en vente. Parmi les objets précieux, il y avait notamment un bijou offert par le joaillier Azuelos, ainsi qu’une magnifique montre fournie par un autre grand bijoutier, Raymond Depuis. Enfin, une année de plus, le fruit de cette vente sera reversé dans son intégralité à l’association l’Heure Joyeuse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *