Randonnée féerique

Randonnée féerique

Près de trois semaines nous séparent du fameux Rallye du Maroc «Classic» et, déjà, l’on se bouscule aux portes pour prendre part à cet événement devenu incontournable au fil du temps. En effet, une soixantaine d’équipages, représentant plus de dix nationalités, ont dès lors réservé leurs places sur la ligne de départ.
Mis à part cinq équipages marocains, l’on dénombre des participants issus de France, d’Espagne, de Suisse, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, d’Italie, d’Australie, de Grande-Bretagne et du Japon. Aux côtés de ce beau monde, ce sont plutôt les belles qui rafleront la vedette. En effet, entre Jaguar XK140, Porsche 356 cabriolet, Ferrari 365 GTB Daytona ou encore une Ford Mustang et bien d’autres, il faut avouer que le choix s’annonce difficile. L’envergure qu’a prise la manifestation, d’édition à autre, attire de plus en plus de férus de l’épreuve. D’autant que les paysages majestueux qu’offre le Royaume, d’une beauté à couper le souffle, ont de quoi allécher plus d’un. L’envol du «Classic» ne pouvait cependant laisser son instigateur indifférent. «Avec cette 11e édition du Rallye du Maroc «Classic», nous entamons une nouvelle aventure, tandis qu’une nouvelle décennie s’ouvre à notre épreuve. Dire que je ne suis pas fier d’en être arrivé là serait mentir. Si le « Classic », aujourd’hui, a trouvé sa place, c’est grâce au travail que j’ai mené, en France et au Maroc, depuis 1993, avec mes partenaires et collaborateurs», estime aujourd’hui Jean-François Rageys, fondateur et animateur de l’événement.
Onzième du nom, le Rallye du Maroc «Classic» a introduit quelque nouveau tronçon sur son parcours. Entre mer, montagnes, cols et sentiers désertiques, cette édition prévoit d’emmener le rallye plus loin que d’habitude. Ainsi, de nouvelles «haltes» telles Bouizakarne ou Tiznit devront désormais figurer dans le menu du «Classic». «Nouvelle aventure, nouvelle décennie, nouveaux concurrents… et nouvelles donnes. J’ai en effet voulu marquer cette édition 2004 de quelques touches inédites. Sur l’itinéraire, d’abord, avec une percée vers le Sud, par Tiznit, Bouizakarne, Tagmoute et Akka. Jamais le «Classic» n’est descendu aussi bas ! Ce parcours ravira les amoureux des grands espaces, qui apprécieront aussi le détour par Telouèt, au pied du Tichka, pour l’une des plus belles cartes postales du Haut-Atlas», souligne l’homme qui a été derrière la création du Rallye. Nouveauté également au niveau de l’organisation puisque, pour la première fois, le Rallye est organisé sous l’égide de la Fédération royale marocaines de sport automobile.
Il est toutefois à rappeler que le Rallye du Maroc «Classic» n’est point une épreuve de course, mais bel et bien une épreuve de régularité. Ainsi, cela procure aux participants des moments d’intense délectation et leur permet de savourer cette «randonnée» originale, profitant de la générosité du climat et de la nature marocaine.
Aussi, est-il à souligner que le «Classic» permet de collecter les dons des organisateurs, partenaires et concurrents, qui sont par la suite versés à l’association «L’Heure Joyeuse ». Une vente aux enchères est également prévue au profit de la même association, dont le partenariat avec le Rallye du Maroc «Classic» a conféré à celui-ci une seconde dimension, fort louable, une dimension d’ordre social.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *