Rien à signaler

Les trois Marocains engagés dans les finales qui ont eu lieu mardi, au Stade de France où se tiennent les Mondiaux-2003 d’athlétisme, n’ont malheureusement pas réussi à faire mouche. Un échec qui a laissé perplexe toute une Nation avide d’une première médaille marocaine. Perplexe, mais fière également de la prestation des jeunes champions marocains qui, grâce à leur effort personnel, sont parvenus à prendre part à cette 9e édition des Championnats du Monde, où ils se sont tellement approchés du podium, jusqu’à flirter avec le sacre. Alignée sur la finale du 800m dames, Mina Aït Hammou, malgré des efforts herculéens, n’est finalement parvenu à occuper que la quatrième place. La championne marocaine aura été victime de sa propre tactique : elle n’a pas faussé compagnie au peloton au moment propice, devenant embastillée par la force des choses. Lorsqu’elle parvint à se dégager, le fossé était gravement creusé par les coureuses en tête, qui s’envolaient vers la victoire. Son amertume est d’autant plus accrue puisque ses chances avaient été décuplées suite au forfait de la Slovaque Jolanda Ceplak, au premier tour, et celui de l’Autrichienne Stephanie Graf, le jour de la finale. C’est finalement Maria de Lourdes Mutola qui a signé une victoire sans surprise sur le 800m, en 1min 59secs 89/100 secondes, suivie de la Britannique Kelly Holmes (2:00.18), et la Russe Natalya Khrushchelyova (2:00.29). Côté messieurs, les espoirs du Maroc s’étaient concentrés sur Ali Ezzine et Abdelkader Hachlaf, respectivement rentrés 10e et avant-dernier. Vice-champion du monde, Ali Ezzine est étiqueté comme l’homme des missions impossible. Grâce à ses performances à Séville où il avait décroché le bronze, il avait créé la surprise en se damasquinant dans la couronne jusque-là ornée des seules incrustations kenyanes. Cependant, ni Ezzine ni Hachlaf, ni les autres athlètes d’ailleurs, ne parviendront à faire long feu devant la tactique dévastatrice de Saif Saeed Shaheen, le Kenyan naturalisé Qatari. En effet, le rythme suicidaire donné à l’épreuve par Shaheen mettra à genou plus d’un athlète. Même le tenant du titre, Reuben Kosgei, n’y résistera pas et abandonnera la course sans demander son reste. Le Kenyan Ezekiel Kemboi et l’Espagnol Martin Eliseo réussirent à s’adjuger la seconde et troisième places. Shaheen, qui s’appelait Stephen Cherono avant de quitter son Kenya natal cet été pour devenir citoyen qatari, s’est imposé en 8 min 04secs 39/100, offrant ainsi à son nouveau pays sa première médaille dans des Championnats du Monde.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *