Roland-Garros : Federer, la force de l’habitude

Roland-Garros : Federer, la force de l’habitude

L’âge n’a pas de prise sur Roger Federer, qui s’est montré enthousiasmant comme à ses plus beaux jours mardi à Roland-Garros pour se glisser dans une 28e demi-finale du Grand Chelem, l’une des plus alléchantes de sa carrière, contre «l’invincible» Novak Djokovic. Sa dernière apparition à Roland-Garros avait laissé une plaie béante dans le cœur du Suisse. Son incroyable série de 23 demi-finales consécutives en Grand Chelem y avait pris fin l’an passé face au Suédois Robin Soderling.
Avec un jeu très porté vers l’avant, le N.2 mondial a donc rétabli le cours des choses mardi, en écartant (6-4, 6-3, 7-6) en quarts de finale le Français Gaël Monfils. Il n’avait pas tout à fait perdu ses bonnes habitudes, puisque après ses échecs en quarts à Paris et Wimbledon en 2010, il avait enchaîné sur deux demi-finales à l’US Open et l’Open d’Australie. Deux matches perdus face à Novak Djokovic.
Ce même Djokovic qui va à nouveau se dresser devant lui vendredi pour une demi-finale qui fait rêver. Le Serbe et le Suisse ont été les deux joueurs les plus impressionnants du tournoi jusqu’ici, et si on se fie aux difficultés de Rafael Nadal, cet affrontement ne déparerait pas en finale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *