Rugby : Beaucoup d’ambitions et peu de moyens

Rugby : Beaucoup d’ambitions et peu de moyens

Le manque de moyens financiers des clubs pèse de plus en plus sur l’évolution du rugby marocain à tel point que le niveau du championnat reste sans attrait. La sélection nationale brille, toutefois, sur la scène africaine, remportant même le sacre continental à deux reprises (2004 et 2006). Mais, la qualification à une Coupe du monde se fait toujours attendre. Les joueurs de l’équipe nationale exercent, en majorité, dans des championnats étrangers, en France notamment. Cette année, la Fédération royale marocaine de rugby a fait face à ces problèmes en optant pour la restructuration de ce sport. «La Fédération royale marocaine de rugby a réparti le Maroc en quatre centres techniques régionaux, à la tête de chacun un conseiller technique régional (CTR) qui a pour mission le développement du rugby local, régional et national. Il contribue à la formation de nouveaux arbitres, des arbitres stagiaires et des entraîneurs. Il s’occupe également de la formation des joueurs au sein des écoles des clubs affiliés à la fédération. Une sorte de prospection à long terme. On procède à des stages de formation des joueurs, en plus de l’organisation des compétitions qui leur permettent de mieux s’exercer. De ces journées de compétitions émergent de nouveaux éléments qui trouveront certainement leurs places au sein des équipes nationales de toutes catégories», déclare le secrétaire général de la FRMR, Mohamed Erraji.
«La Fédération a également décidé de multiplier les terrains de rugby à travers le Royaume. Il a été décidé de construire un terrain par an et d’aménager les terrains existants. Je vous donne un exemple : deux de nos grands clubs du championnat ne disposent pas de terrain ni pour la compétition, ni pour l’entraînement, comme le FUS et le RT de Rabat. Ces clubs s’accrochent tout de même au championnat national malgré cet énorme problème», souligne ce responsable. Et d’ajouter, «dernièrement, le club Ramo de Sidi Othmane a pu avoir un terrain spécialement conçu pour le rugby, grâce à ses démarches auprès des autorités locales. La ville de Safi, quant à elle, va avoir un terrain de trois hectares, sur lequel sera construit un terrain de rugby. Kalâat Sraghna vient elle aussi de se voir offrir un terrain grâce à l’intervention de la fédération. Les vestiaires sont déjà construits, mais il faut aménager le terrain».
A part quelques clubs du championnat national qui ont leurs sponsors officiels et qui sont au nombre de cinq, un bon nombre de clubs souffre du manque du moyens.
Les terrains dans lesquels ils jouent durant le championnat sont en principe des terrains vagues où l’accès est libre. Donc les équipes sont privées de leurs recettes et les déplacements lors du championnat sont très coûteux.
«Les clubs nationaux sont en manque de moyens, à titre d’exemple, le club de Kalâat Sraghna ce club a déclaré forfait à maintes reprises lors de la saison dernière du championnat national. Pour d’autres clubs, comme le cas de l’Olympic Club de Safi (OCS), les choses marchent merveilleusement bien. Ce club a ses sponsors et a des fonds lui permettant de mener à bien sa mission, la preuve c’est que lors de la saison dernière, il a remporté le doublé, il a décroché le titre du champion du Maroc et a remporté la coupe du Trône», souligne Hamid Jafoui, vice-président de l’Olympic Club de Safi. Et d’ajouter, «la fédération ne débloque aucune somme d’argent pour aider les clubs en difficultés, pour les aider à participer au championnat national. Les joueurs de tous les clubs nationaux jouent bénévolement, ils ne perçoivent rien,ils ne sont pas sous contrat avec leurs clubs, puisque c’est un championnat amateur. Le rugby reste une discipline qui n’est pas réputée au niveau du Maroc», explique Hamid Jafoui.

Les clubs de 1ère et 2ème divisions

La 1ère division regroupe les clubs suivants, le FUS de Rabat, l’OC Khouribga, le Mouloudia d’Oujda, le Ramo de Casablanca, l’Union de Fès, l’Olympique de Casablanca, le Racing Universitaire, le Wydad Kalâat Sraghna et l’Union Oujda. La 2ème division, quant à elle, regroupe, l’AS Taza, le Marrakech RC, le Takkadoum de Rabat, la Jeunesse Sport de Safi, l’AS Nador, le CUSER et le CCZS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *