Said El Boukhari : «Des efforts importants restent à faire pour être à la hauteur»

Said El Boukhari : «Des efforts importants restent à faire pour être à la hauteur»

ALM : Quel bilan faites-vous du programme du sport de haut niveau?
Said El Boukhari : Globalement, le programme de haut niveau a permis d’améliorer les résultats de certaines disciplines sportives, tout particulièrement au niveau des Jeux de la francophonie et des Jeux méditerranéens. À signaler notamment l’athlétisme, le taekwondo qui se positionne avec des podiums mondiaux et africains et le classement du cyclisme national, qui depuis est premier africain en individuel et par équipes. Ainsi, le fait d’apporter les moyens financiers a permis à certaines disciplines de se distinguer malgré un déficit constaté en termes d’encadrement technique et d’expertise managériale dans l’approche de la gestion du sport de haut niveau.

Quelles sont les modifications que vous avez apportées à ce programme?
Dans ce programme, chacun a un rôle. Pour le ministère et le Comité national olympique marocain, il a été décidé de revoir les objectifs et intégrer une orientation moyenne et à long terme avec une vision 2012-2016 et 2020, le concept, à savoir les catégories, les indemnités et le principe des prises en charge des préparations. L’intégration de nouvelles disciplines pour augmenter le nombre et les chances de qualification vise une meilleure représentation du Maroc aux grandes échéances internationales essentiellement olympiques. Donc les principales modifications sont la révision des catégories et des indemnités, la création des catégories jeunes et espoirs, le lancement des sports études, la prise en charge des préparations et participations aux compétitions internationales et l’intégration de nouvelles disciplines. On est ainsi passé de 6 à 13 : Tir à l’arc, Tir aux armes de chasse, Triathlon, Cané Kayak, Badminton, Haltérophilie, Escrime et Ski, en l’occurrence.

Certains responsables de fédérations se plaignent qu’il n’y a pas d’accompagnement après le lancement de ce programme?
Nous disposons d’un ensemble d’indicateurs qui permettent de mettre en évidence les quelques insuffisances et les défaillances constatées. Face à cette situation, un suivi conjoint a été mis en place, le ministère et le Comité national olympique ont été amenés à assurer un véritable accompagnement de proximité pour plusieurs fédérations. D’autre part, certaines recommandations qui sont du ressort des fédérations tel le recours à l’expertise internationale et aux centres de préparations dûment reconnus, n’ont pas été suivies par toutes les fédérations. De plus le manque de ressources humaines compétentes et spécialisées dans le management sportif ne permet pas d’assurer un suivi administratif et financier efficace ; des améliorations sont en cours avec un effort de toutes les parties. L’accompagnement est assuré, avec un suivi spécifique pour certaines disciplines. Lors de l’ensemble des réunions de coordination, il a toujours été constaté et reconnu une répartition des rôles où chacun assume ses responsabilités. Si besoin est, on est prêt à faire une analyse détaillée des processus et des moyens mis à la disposition des fédérations associées au programme.

À votre avis, est-ce que ce programme est suffisant pour générer des champions?
Ce programme est une opportunité exceptionnelle pour le sport national. Le processus de mise en œuvre et de suivi s’affine avec le temps. Les fédérations sportives ont acquis de l’expérience et je suis sûr que tous capitaliserons sur les résultats de la période 2009-2012. Ce programme est l’axe central du sport de haut niveau et des participations aux Jeux olympiques. Mais il est impératif que l’ensemble des acteurs se remettent en cause et apportent les ajustements nécessaires, tout particulièrement les fédérations sportives au niveau de l’organisation administrative et financière, l’encadrement technique, le mode de sélection, la stratégie sportive et le programme de préparation. On ne peut qu’être optimiste, mais des efforts importants restent à faire pour être à la hauteur des ambitions que nous mettons tous ensemble dans ce programme afin de rehausser l’image sportive de notre pays. Donc, optimisme, vigilance et amélioration continue.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *