Sampras de nouveau dans le viseur de Federer

Sampras de nouveau dans le viseur de Federer

Pete Sampras est de nouveau dans le viseur de Roger Federer à partir de lundi à Wimbledon, où le Suisse va tenter d’ajouter un énième record à son incomparable collection en remportant un septième titre qui le ferait rejoindre l’Américain dans la légende du Grand Chelem sur herbe. L’édition 2009 avait déjà été un des épisodes, peut-être le plus mémorable, de la course poursuite que mène le Suisse contre son prédécesseur pour l’effacer des tablettes. En récupérant son titre après un an d’intérim assuré par Rafael Nadal, il avait dépassé le grand champion des années 90 au nombre des titres majeurs. Alors que personne n’imaginait le voir perdre l’année dernière, après son triomphe à Roland-Garros et en l’absence du Majorquin, blessé au genou, cette fois-ci le panorama est moins peu réjouissant pour Federer. Battu à Roland-Garros par Robin Soderling dès les quarts de finale, il a perdu la première place mondiale au profit de Nadal, même si c’est bien lui qui portera le dossard N°1 à Wimbledon à cause d’un réglement spécifique qui accorde un bonus aux résultats obtenus sur gazon. Au passage, ce revers lui a fait perdre, au moins provisoirement, un point contre Sampras, dont il aurait amélioré le record des 286 semaines passées en tête de la hiérarchie en atteignant le dernier carré sur la terre battue française. Evénement moins important sur le plan historique, mais peut-être plus riche en enseignements quant à la quinzaine à venir, le Suisse a été battu dimanche dernier en finale du tournoi de Halle par Lleyton Hewitt. C’était la première fois depuis le début de son règne à Wimbledon en 2003 qu’il s’inclinait lors de la préparation sur gazon. A l’image de l’Australien, qui restait sur quinze défaites d’affilée contre lui, les adversaires de Federer en auront tiré la conclusion que le champion helvète n’est plus inabordable, même sur sa surface préférée. Cela sera-t-il suffisant pour l’empêcher d’ajouter un 17e "major" à son palmarès? Rien n’est moins sûr car Federer n’est jamais aussi fort mentalement que dans ce stade mythique où son incroyable aventure a commencé il y a sept ans et qu’il chérit entre tous. Il l’a encore montré l’année dernière en faisant craquer Andy Roddick dans une finale en cinq sets (16-14 au dernier!) qu’il n’avait pas maîtrisée tennistiquement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *