Scandale du Calcio : la Sampdoria mise en cause

Scandale du Calcio : la Sampdoria mise en cause

La principale enquête sur le scandale de matches arrangés du football italien touche à sa fin au parquet de Naples (sud), où les procureurs veulent également mettre en cause la Sampdoria Gênes, annoncent mardi les médias italiens. Selon la Gazzetta dello Sport, quotidien sportif de référence en Italie, le parquet veut demander le renvoi en justice de 37 personnes, notamment pour le délit d’"association de malfaiteurs destinée à la fraude sportive" dans le but de favoriser plusieurs équipes lors de la saison 2004-05, principalement la Juventus Turin.
Parmi les personnes poursuivies figurent neuf arbitres, onze juges de touche, les deux responsables de la Fédération italienne de football (FIGC) à l’époque chargés de désigner les hommes en noir, et plusieurs dirigeants de clubs, dont l’ex-directeur général de la Juve Luciano Moggi, le patron de la Fiorentina Diego Della Valle, le président de la Lazio Rome, Claudio Lotito, et un responsable du Milan AC, Leonardo Meani. Selon les médias, la Sampdoria Gênes fait désormais partie des équipes mises en cause, en raison d’un match litigieux remporté 3-0 sur la Fiorentina en février 2005, pour lequel l’arbitre de la rencontre aurait été "choisi" afin de favoriser le club génois. "Je suis abasourdi mais serein", a réagi lundi soir dans un communiqué le président de la Sampdoria Gênes, Ricardo Garrone.
"Pour l’instant, je n’ai reçu aucune notification de poursuite, mais je suis convaincu d’être absolument étranger aux faits et quand j’apprendrai les motivations (du parquet) je saurai me défendre", a-t-il également expliqué. Désignations d’arbitres complaisants grâce à des tirages au sort truqués, utilisation du carton jaune ou rouge pour diminuer certaines équipes, tels sont les principaux soupçons des procureurs, convaincus de l’existence d’un système de "conditionnement" des rencontres en faveur de la Juventus Turin, championne en 2004-05 et cette saison encore. A l’issue de son enquête, le parquet de Naples (sud) transmettra ses requêtes de procès à un juge des audiences préliminaires, chargé de valider ou non les poursuites. Dans le volet sportif de l’affaire, l’enquête de la Fédération italienne (FIGC) semble également toucher à sa fin. Les éventuelles sanctions à l’encontre des clubs devraient intervenir au cours du mois de juillet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *