Schumacher de tous les records

Dixième victoire de l’année, sixième doublé pour Ferrari, un homme, un seul sur la tête de tous les circuits de la planète. Auteur dimanche dernier de la pole position, la première de sa carrière à Spa, l’indétrônable Michael Schumacher vient de battre son propre record de neuf victoires en une saison, records établis en 1995, 2000 et 2001.
Une performance que seul le Britannique Nigel Mansell avait réussi à égaler. Histoire de boucler la boucle, Schumi vainqueur pour la première fois de sa carrière sur le même circuit de Spa, après y avoir disputé sa première course, vient d’y remporter sa cinquante-deuxième victoire. Michael Schumacher se souvenait aussi que c’est à Spa, en 1991, qu’il avait effectué ses débuts en F1.
C’est à Spa que sa fulgurante ascension avait commencé un an plus tard avec une première victoire. À Spa encore l’an passé, qu’il a battu le fabuleux record d’Alain Prost (51 victoires). «Ce circuit a tellement marqué ma carrière», insistait samedi encore le quintuple champion du monde. Une victoire qui survient alors que l’Allemand s’apprête à tirer sa révérence des circuits.
Dès le départ, le quintuple champion du monde a imposé son rythme à la course. Les deux Ferrari ont alors creusé l’écart, Barrichello perdant progressivement pied. C’est la douzième victoire de la saison pour Ferrari, qui compte désormais treize victoires dans le GP de Belgique. Cela fait cinquante courses consécutives que la scuderia place au moins un de ses pilotes sur le podium. « Ce résultat va au-delà de ce que nous attendions car nous n’étions pas sûrs de ce que nous allions rencontrer en termes de température et de pneumatiques. Notre voiture est tout simplement très bonne sur ce genre de circuit à haute vitesse. Je me suis bien amusé.
J’ai maîtrisé mon rythme pendant quelques tours pour ménager mes pneus et puis, avec moi et Rubens devant, il fallait juste se contenter d’amener les voitures à l’arrivée» , déclarait Michael. «C’est une très belle course pour moi. Il n’est toujours pas nécessaire de se battre pour prendre du plaisir. La prochaine course a lieu à Monza, chez nous et nous aimerions gagner bien sûr. Mais je ne m’attends pas à être aussi dominateur.»
Michael n’est pas le seul vainqueur de la journée. La performance de Barrichello lui permet de consolider sa deuxième place au championnat. Satisfait du travail du week-end, le Brésilien possède désormais sept points d’avance sur Montoya, avec 51 points contre 44.
Dimanche, Michael Schumacher était plus motivé, plus imbattable que jamais. Un envol réussi et tous ses adversaires devaient se résigner. Le «Baron rouge» allait s’imposer avec une insolente facilité, creusant des écarts incroyables.
Pour Ferrari, et face à la monotonie de la saison, l’orchestre rouge de Jean Todt et son soliste ont décidé de répondre par une pluie de records. Le prochain sera certainement battu dès le Grand Prix d’Italie à Monza. Ce sera dans moins de deux semaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *