Semlali ou Souiri, le coeur du Raja balance

Semlali ou Souiri, le coeur du Raja balance

Qui succèdera à Abdessalam Hannat à la tête du Raja ? Une question qui taraude l’esprit des nombreux fans du club champion du Maroc, saison 2003-2004, après la démission de l’actuel président au lendemain de ce sacre de dernière minute.
Ce dernier, réélu l’année dernière pour un mandat de quatre années, a évoqué des raisons de santé qui l’ont poussé à quitter ses fonctions à la présidence de ce club.
Son successeur sera connu le 14 juillet courant, date de la tenue de l’assemblée ordinaire du club. Les 153 adhérents rajaouis doivent choisir entre deux hommes : Abdelhamid Souiri, qui siège dans le bureau dirigeant actuel et qui vient de faire son entrée au bureau de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et Zakaria Semlali, fils de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Abdellatif Semlali. Le premier se positionne en favori dans la course à la présidence. Et il n’hésite pas à le mettre en avant. « J’ai été sollicité pour prendre en main les destinées du club à plusieurs reprises. A présent, j’estime qu’il est temps de remplir mes devoirs envers le Raja». Quant à son adversaire annoncé, il n’hésite pas à déclarer qu’il est un pur produit rajaoui.
«Le Raja est ma famille. J’y ai grandi», a-t-il l’habitude de dire. Le fils Semlali s’est rappelons-le présenté pour la présidence du club lors de sa dernière assemblée ordinaire qui s’est vite transformée en extraordinaire en juillet dernier. Il avait alors perdu contre Abdessalam Hannat, reconduit par 64 voix contre 42 pour son rival. L’assemblée générale du 14 juillet risque d’être houleuse. Le bilan du mandat d’Abdesssalam Hannat ne manquera pas d’animer le débat. Ce qu’on reproche à Abdessalam Hannat est une gestion financière désastreuse du club, dont le déficit, près de quatre millions et demi de dirhams lors de l’exercice précédent, pourrait augmenter pour le compte de la saison qui vient de se terminer.
Le départ de l’entraîneur du club, le Français Henri Michel, recruté à la tête de la sélection ivoirienne de football, n’a guère arrangé les choses. Les adhérents et fans du Raja voyaient d’un mauvais oeil le limogeage de cet entraîneur en milieu de saison et son remplacement par le Portugais Alfredo Casimiro, dont le passage à la tête de la direction technique des Vert et Blanc n’a finalement duré que deux mois. Mais ce dernier a quand même une carte à faire valoir, celle des résultats réalisés cette saison. En une année, le club a en effet gagné trois titres, la Coupe du Trône, la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) et le championnat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *