Senega : «Tout va rentrer dans l’ordre»

Senega : «Tout va rentrer dans l’ordre»

ALM : Après le doublé de l’équipe seniors garçons, la coupe remportée par les filles et le titre de champion remporté par les cadets, comment le FUS entame-t-il cette saison ?
Mallé Senega : Avant de prendre les vacances, nous avons établi le programme qui prend en compte le doublé remporté par l’équipe seniors parce que, comme vous le savez certainement, la gestion d’un doublé nécessite d’autres ambitions humaines, financières et matérielles sans compter qu’il était nécessaire de continuer à tenir dans une phase ascendante en matière de formation des jeunes, d’où un riche programme. Je reconnais que c’est un programme qui se voulait ambitieux, mais, malheureusement, on s’est retrouvé confronté à un problème extrêmement difficile et imprévisible, à savoir l’absence de d’électricité pour alimenter les infrastructures du club. Naturellement, quelques soient la qualité humaine et la qualité du programme établi, l’absence de certains éléments risque de remettre en cause nos ambitions. Au-delà des deux équipes seniors, qui ont des horaires approximatifs, nous avons pratiquement entre 150 et 200 enfants qui n’arrivent pas à s’entraîner correctement. Et cela pose un problème d’ordre sportif et aussi un problème d’ordre social, parce que tous ses enfants qui utilisent le temps libre pour venir s’entraîner, ils risquent à raison de l’absence de séances d’entraînement d’aller se donner à d’autres activités. Je pense que quelque chose d’urgent et rapide doit être fait afin que le club trouve les conditions normales pour travailler. Je pense qu’on peut se permettre de perdre un titre, mais nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas jouer notre rôle éducatif vis-à-vis des enfants, parce que finalement au-delà du volet sportif, tous les enfants qui adhèrent au FUS adhèrent en même temps à des valeurs humaines et sportives et c’est cela qui doit être préservé.
Est-ce que cette situation a eu un impact sur le rendement des joueurs ?
Bien sûr de tout temps. Nous avons des volumes horaires favorables. Actuellement, l’équipe doit se contenter d’une heure ou 75 minutes selon les jours. Par conséquent, il est difficile d’avoir une équipe performante.
Dans l’entourage du FUS, on parle d’un éventuel forfait ?
Non, je ne pense pas que ce soit une solution. Je crois plutôt que les supporters et tous ceux qui aiment le FUS devront se mobiliser pour aider le club à surmonter ces difficultés. La ville de Rabat et ses habitants doivent comprendre que cette équipe c’est la leur, le plaisir qu’ils peuvent ressentir après les résultats positifs doit les inciter à aider le club. Il ne faut pas oublier que le FUS est un patrimoine sportif national et, à ce titre, doit jouer son rôle. Je pense que c’est un moment passager et tout va rentrer dans l’ordre.
Les jeunes ont excellé ces dernières années. Cette situation ne risque-t-elle pas de porter préjudice à la formation des jeunes ?
Depuis quelques années, nous semons des titres aussi bien au niveau régional qu’international. Notre politique consiste à mettre l’accent sur une bonne formation. Nous apprenons aux jeunes à jouer et respecter les valeurs humaines et sportives. C’est notre leitmotiv au sein du FUS. Nous sommes convaincus que si nous arrivions à atteindre ces objectifs, les résultats viendront par la suite. Un titre de champion du Maroc constitue un stimulant.
Naturellement si, l’occasion se présente, il faudrait la saisir. On ne demande jamais au coach des jeunes de gagner un match, mais la manière de jouer constitue un baromètre d’évolution par rapport au travail effectué. Enfin, pour atteindre ces objectifs, un minimum de matériel est nécessaire. C’est pour cette raison que ce problème d’électricité doit être réglé le plus rapidement possible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *