Soutenir la F1 et sauver le rallye

Soutenir la F1 et sauver le rallye

Entre sport, spectacle et argent, le conseil mondial de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) doit trouver le bon équilibre pour les disciplines phares des sports mécaniques : le rallye et la Formule 1, dont l’avenir dépend des règlements et calendriers adoptés mercredi à Rome.
En F1, la saison 2005 a apporté un grand bol d’air avec les duels Alonso- Raikkonen et Renault – McLaren-Mercedes après les années d’hégémonie du couple Schumacher-Ferrari qui avaient fini par porter préjudice à la discipline auprès du public.
Toutefois, sur la piste, les pilotes ne se livrèrent que trop peu de mano a mano. Et de trop nombreux dépassements se firent dans les stands, à l’arrêt… un comble pour le sport de vitesse par excellence !
Aussi, face à la fronde de constructeurs qui menacent de créer un championnat parallèle pour des raisons essentiellement économiques, la FIA et son président Max Mosley, forts d’un sondage via l’internet, veulent-ils à l’horizon 2008 favoriser les dépassements en course, donc le spectacle, et maintenir un haut niveau technologique, tout en diminuant drastiquement les coûts ?
Pour 2006, où les moteurs V8 succèderont aux V10, le conseil devrait adopter un énième format de qualifications et le retour aux changements de pneus en course.
"Le format de qualifications était bon il y a quelques années (…) il y avait toujours du spectacle en piste, estime le directeur général de Ferrari, Jean Todt. Mais on a changé pour augmenter l’incertitude (…) Tout dépend de l’objectif".
Après une saison record de 19 courses, les écuries aimeraient revenir à 18 GP maximum. "Chaque déplacement sur un Grand Prix coûte de l’argent", explique le patron de McLaren, Ron Dennis, alors que Todt rappelle que les écuries avaient "accepté (pour 2005) un 19e Grand Prix afin de sauver les GP de Grande-Bretagne et de France". Celui de Belgique est aujourd’hui menacé.
Pour ce qui concerne les dépassements, la FIA compte en particulier favoriser l’appui mécanique au détriment de l’aérodynamique.
La Fédération a ainsi proposé de remplacer à partir de 2007 l’aileron arrière par deux ailerons situés dans l’axe de chaque roue, laissant ainsi le flux d’air redescendre derrière la cheminée et profiter à une monoplace qui suivrait de près. La FIA a également proposé le retour aux pneus slicks plus larges et le recours à un manufacturier unique de pneumatiques.
Côté rallyes, il s’agit d’adopter les propositions faites par la Commission WRC pour sauver la discipline, alors que deux des cinq constructeurs engagés dans le Championnat 2005, Citroën et Peugeot, se retireront à l’issue de la saison: championnat à cheval sur deux années calendaires, équipes privées engagées dans le championnat constructeurs, mesures techniques tendant à réduire les coûts.
"Les privés pourront s’engager en participant seulement à dix épreuves (sur une base de 16) dans la saison, commente le président de la commission, Jacques Régis. Cela va peut-être nous permettre pour 2006 de compter deux ou trois équipes de plus dans le championnat. Pour arriver certainement en 2007 à un objectif de dix équipes de deux voitures." Sur le plan technique, "le nombre de boîtes de vitesse entre 2006 et 2008 ira en diminuant chaque année, pareil pour les moteurs, les châssis", selon Régis. Un tel train de mesures déciderait vraisemblablement Citroën, vainqueur des championnats constructeurs 2003, 2004 et 2005, à revenir en 2007.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *