Steeple-Chase à Casablanca

Steeple-Chase à Casablanca

Le Royal club Ben M’sik-Sidi Othmane organise samedi 15 novembre 2003 un concours amical de saut d’obstacles à l’occasion du mois sacré de Ramadan. Cette manifestation entre dans le cadre du programme tracé par la direction du club, à sa tête le président Ali Momah, en vue de préparer les cavaliers aux prochaines échéances. Cette compétition rassemblera comme à son accoutumée neuf clubs venus de différentes régions du Royaume. Il s’agit en l’occurrence de Club Oued Ikem, club Dar Essalam, Club Lyazidi, Club Lalla Amina, Club Lalla Soukaïna, Club Ghoufrane, Club Anfa et Club de Marrakech. La première épreuve débutera à 12h avec deux classements jeunes et adultes et sera réservée aux cavaliers n’ayant jamais participé à une compétition de sauts d’obstacles officielle (CSO, hauteur 60 cm). Tous les sans-faute seront classés. La deuxième épreuve avec deux classements, sera réservée aux cavaliers cadets et juniors ou seniors avec de jeunes chevaux. La hauteur des obstacles sera d’1m 10, barème AM5 pour les cadets. Tous les sans-faute seront classés. Pour sa part, la troisième épreuve sera réservée aux cavaliers critérium et série A2, hauteur d’1m 15 et barème a chrono 2382A2 sur deux phases. La quatrième épreuve débutera quant à elle à 14h30 et se jouera avec deux classements, réservés aux cavaliers juniors et série A1, hauteur 1m25, barème A 238 2A2. La cinquième épreuve se jouera également avec deux classements, et sera ouverte aux cavaliers seniors avec des chevaux B et C, hauteur 1m 30, barème AM5. Ce concours va se dérouler à une vitesse minimale de 650m à 400m/minute. La longueur du parcours, aujourd’hui conçu par des dessinateurs spécialisés, est comprise entre 700 et 1000m. Il est composé de 12 à 15 obstacles dont au moins trois combinaisons. Les cavaliers ont la possibilité de reconnaître le parcours une fois avant le début de la compétition. Les épreuves internationales sont jugées d’après les barèmes A et C. Pour ce qui est du premier, le parcours doit être effectué en temps limité. Les fautes (chutes de barres, refus ou dérobade du cheval ou du cavalier) sont traduites en points de pénalités. En plus, un dépassement du temps limite coûte un quart de point par seconde de retard. Pour ce qui est du second barème, il est le plus souvent utilisé au premier tour de qualification. Le parcours est chronométré et les concurrents n’ont pas de temps limite à respecter. Les fautes sont traduites en secondes de pénalité et ajoutées au chronométrage du parcours. Outre la préparation des cavaliers nationaux pour les différentes compétions à venir, l’organisation de cette manifestation entre dans le cadre de coup de fouet donné aux sports équestres de façon générale, car la discipline compte beaucoup d’adeptes dans notre pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *