Sur les traces des Gazelles

Tout a commencé en 1990, lorsqu’une certaine Dominique Serra a décidé de rompre le cliché faisant des sports automobiles l’apanage des hommes.
Une compétition qui met à rude épreuve des femmes de tous bords, au volant d’un 4X4, 2 500 kilomètres à parcourir en 9 jours, en plein désert et sans carnet de route, est alors née. Seuls neuf équipages nationaux y prennent part. Une donne qui n’a pas tardé à changer puisque deux ans après des participantes françaises ont voulu se joindre à cette compétition, suivies au fil des années par d’autres venues de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique. Il a fallu attendre 1998 pour que le trophée croise le chemin de la société de conserves Aïcha qui en devient le « partenaire titre ».
Le Trophée Aïcha des Gazelles voit le jour. Il s’agit d’une compétition sportive féminine unique au monde.
Une épreuve de navigation tout-terrain (auto, moto, quad…) au coeur du désert marocain qui mettra aux prises des participantes amatrices.
Pour l’heure, 30 équipages français, 12 canadiens et 5 marocains ont déjà répondu présents. Alliant beauté des paysages et difficultés techniques sur un parcours exclusivement hors-piste, la course est divisée en 9 étapes qui traverseront Ihandar, Tazzarine, Mhamid et Nejjakh. Chacune de ces étapes compte 4 à 5 points de contrôle (les balises) que les concurrentes doivent trouver. Une navigation à l’ancienne : cartes topographiques et instruments magnétiques (compas, boussoles…), le GPS (localisation par satellite) est interdit.
L’épreuve donne lieu à un classement (classement d’étape et général). Basés sur le kilométrage parcouru, ceux-ci n’intègrent aucun critère de vitesse. Loin des repères habituels, cette incessante quête des « balises» devient très vite une quête de soi-même et met en exergue les talents de navigatrices, les facultés d’adaptation, la combativité. Le but du Trophée Aïcha des Gazelles est de promouvoir l’image de la femme en général et dans l’entreprise en particulier. D’où le nombre important (11) de sponsors et partenaires qui contribueront à cet événement. Suzuki Maroc en fait partie. La marque a engagé l’année dernière un équipage pour la première fois, au bord d’un Grand Vitara V6, sans modification technique. L’équipage a été classé 2e au classement marocain et 13e au classement général. S’agissant de ses particularités, l’édition de cette année comptera, au lieu d’une seule, 2 étapes marathon ( 48 heures où les participantes ne devront compter que sur elles-mêmes puisque aucun bivouac ne sera organisé). Quoi de mieux pour pimenter cette course. Chaque étape du rallye sera également parrainée par une personnalité sportive ou artistique. Histoire d’encourager les Gazelles. Cette année verra aussi la participation du premier camion.
À noter que cette année le Trophée Aïcha des Gazelles accueillera, pour la première fois aussi, un équipage composé de deux concurrentes handicapées.
Il s’agit de Béatrice Hess, championne paralympique de natation (18 médailles d’or) membre du Comité international olympique, elle participera avec Emilie Benazeck, handicapée elle aussi. Une façon de dire que le sport est l’affaire de tout le monde et une course pour accélérer l’émancipation de la femme au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *