Surprises des quarts

Surprises des quarts

Quelques mois plus tôt, l’AS Monaco risquait fort de se voir évoluer en seconde division du championnat français. Mardi dernier, il s’est assuré, haut la main et à domicile, une place parmi l’élite du football européen en décrochant son billet pour le carré d’or de la plus prestigieuse des compétitions continentales, la Ligue des Champions. Un exploit d’autant plus retentissant qu’il est réalisé au détriment d’un géant du ballon rond, le Réal Madrid, qui compte quelques-uns des plus grands footballeurs du moment. Mais les Ronaldho, Zidane, Beckham, Figo et compagnie n’ont rien pu faire face à la détermination monégasque. La mésaventure de leurs frères du Deportivo La Corogne, qui avait essuyé une défaite (8-3) en phase de poules sur le même stade Louis II, ne leur a apparemment pas servi de leçon. Corrigés 4-2 à l’aller, les joueurs de la Principauté n’ont pas perdu espoir et ne se sont pas laissés impressionner par cette Dream Team qu’ils ont envoyée sur le carreau.
L’ancien capitaine des champions du monde tricolore, Didier Deschamps, qui a en main les rênes de la formation monégasque, est bien conscient de la performance réalisée par son équipe. «On a écrit une page extraordinaire du football monégasque et français. Cette qualification est méritée, au terme d’un match complet aussi bien physiquement que techniquement. Cela restera extraordinaire, mais on n’a encore rien gagné. Cela doit pousser les joueurs à se convaincre d’aller encore plus de l’avant ». Dans l’autre camp, la défaite a été difficile à digérer. Le coach des Merenegues en assume entièrement la responsabilité ajoutant qu’il n’était «pas inquiet» pour son avenir personnel. Chose à propos de laquelle le directeur sportif du Réal, Jorge Valdano s’est refusé à tout commentaire.
Leaders en ligue 1, les Monégasques peuvent donc croire en leurs chances de se voir sacrés champions d’Europe. Leurs adversaires des demi-finales est Chelsea, qui a sorti Arsenal dans un duel londonien (1-1, 2-1). Une autre surprise de cette soirée footballistique européenne. Et ce sont pourtant ces derniers qui ont ouvert la marque par Reyes juste avant la mi-temps (45+1), mais Lampard remettait rapidement les compteurs à zéro sur l’ensemble des deux matches (51). Le match restait typiquement dans le style de la Premier League et finalement, à trois minutes de la fin, Chelsea se qualifiaient sur un but de Bridge. Les Gunners, invaincus depuis trente matches, viennent d’essuyer deux revers successifs, samedi dernier, contre Manchestet United en demi-finale de la Coupe d’Angleterre (1-0), et mardi soir, face à Chelsea. « En fin de match, les joueurs semblaient fatigués», reconnaissait leur coach, Arsène Venger, avant d’ajouter : «Henry était blessé. Chelsea est sur la voie ascendante alors que nous sommes sur une pente descendante actuellement».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *