Suspension après 2 cartons jaunes : Domenech pour une exclusion temporaire

Suspension après 2 cartons jaunes : Domenech pour une exclusion temporaire

«Ce système de cartons dans les matches à élimination directe contre des adversaires qui ne sont pas les mêmes me paraît une forme d’injustice pour ceux qui vont au bout», a estimé dimanche Raymond Domenech, alors que six joueurs français, dont Zinédine Zidane, avertis en 8e et en quart de finale du  Mondial-2006, manqueront une éventuelle finale en cas de nouveau carton jaune  contre le Portugal en demi-finale. «J’ai déjà soumis l’idée que, dans ce genre de compétitions, on en vienne enfin un jour à l’exclusion temporaire qui pénaliserait vraiment l’équipe qui a  commis un acte qui méritait un carton jaune. Cela me semble possible dans de telles compétitions», a expliqué le sélectionneur. «On a six joueurs qui sont menacés d’une suspension, ça peut plomber la suite, mais le système est ainsi fait. Encore une fois, je le regrette et je pense qu’on a une solution de rechange: l’exclusion temporaire directe, qui permettrait de ne pas souffrir pour les matches d’après», a-t-il affirmé.


Gattuso, déjà averti, ne compte pas se retenir
Le milieu de terrain italien Gennaro Gattuso a prévenu dimanche qu’il ne comptait pas changer son style de jeu  particulièrement physique, lors de la demi-finale de l’Italie contre  l’Allemagne au Mondial 2006 de football mardi à Dortmund, alors qu’il est sous  la menace d’une suspension. «Je n’entre jamais dans un match en me demandant si je vais recevoir ou non un carton», a lancé le joueur de l’AC Milan, un des trois Italiens avertis avec  Fabio Grosso et Gianluca Zambrotta. «Je serai plus qu’heureux d’être assis sur le banc si cela signifie qu  l’Italie est en finale de la Coupe du monde», a-t-il ajouté. Réagissant à un article du quotidien espagnol El Pais le décrivant comme "plus représentatif du football mondial que Ronaldinho", le "Taureau de San Siro" a estimé qu’il s’agissait d’une "insulte pour le football, je rêve d’avoir sa classe." Le milieu défensif de 28 ans a également assuré que sa saison passée aux Glasgow Rangers (1997-1998) lui avait fait "comprendre l’importance de travailler dur et de la détermination. «Ce fut une partie très importante de ma carrière. J’ai eu beaucoup de  responsabilités dans un grand club, cela m’a formé en tant que personne et en  tant que joueure, a-t-il précisé.


La presse argentine se console avec l’élimination du Brésil
La presse argentine a trouvé un motif de consolation avec l’élimination dans le Mondial-2006 de football du grand rival brésilien au même stade que l’Argentine, en quarts de finale. Elle s’est également réjouie, dans une moindre mesure, de l’élimination de l’Angleterre, autre rival de l’Argentine. «(Zinédine) Zidane, comme au (Mondial) 1998, a surpassé de manière historique le Brésil, et les quintuples champions du monde ont été éliminés : aujourd’hui nous chantons la Marseillaise», clame le journal sportif Olé sur son site.  Ce fut «une honte, ajoute le média. Une prétention historique. Ce Brésil est fantoche. Les Brésiliens se croyaient les meilleurs du monde avant de jouer et se préparaient déjà à coudre la sixième étoile sur le maillot», ajoute Olé. Ronaldinho «n’a jamais été en mesure de justifier le titre de meilleur footballeur de la planète que lui a décerné la Fifa ces deux dernières années», continue Olé.
"Dehors, pirates !", lance encore le journal à propos de l’élimination de l’Angleterre aux tirs au but par le Portugal samedi. Le quotidien Clarin parle de son côté d’"échec" de l’équipe de Carlos Alberto Parreira en assurant que pour beaucoup, ce fut un soulagement de voir  que ce Brésil resterait sur une promesse non tenue d’être invincible et  irrésistible.


Romano Prodi à Dortmund pour la demi-finale
Le chef du gouvernement italien Romano Prodi a annoncé dimanche son intention de se rendre ce mardi à Dortmund pour la demi-finale du Mondial-2006 de football entre l’Allemagne et l’Italie.
«Je vais suivre la rencontre entre l’Italie et l’Allemagne. Ce sera une partie difficile et pour cette raison, il faut soutenir l’équipe d’Italie», a-t-il déclaré. Romano Prodi a précisé avoir été invité par la chancelière Angela Merkel. «Les rencontres sportives font partie des rapports entre deux pays», a-t-il souligné. Ce sera la cinquième rencontre entre l’Italie et l’Allemagne en Coupe du  monde de football.
La Squadra Azzurra dispose d’un certain avantage psychologique sur la Mannschaft, car elle l’a battue deux fois lors de leurs confrontations et les deux autres rencontres se sont terminées sur un match  nul.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *