Suspension de deux ans confirmée pour Dehiba

La commission d’appel de la Fédération française d’athlétisme (FFA) a confirmé la suspension de deux ans infligée en première instance à la spécialiste de demi-fond Hind Dehiba, à la suite d’un contrôle antidopage positif à l’EPO fin janvier, a indiqué mercredi son époux Fodil. Les Dehiba contestent toujours les conditions du contrôle, le 23 janvier, notamment sur les questions du scellage des flacons et de l’anonymat des échantillons.
«On va décider d’ici demain (jeudi) avec nos conseils de la ligne à tenir»,  a indiqué mercredi à l’AFP Fodil Dehiba.
«Il y a les possibilités de se pourvoir devant plusieurs juridictions: le Tribunal arbitral du sport (TAS) à  Lausanne, le Tribunal administratif en France mais aussi la Cour européenne des droits de l’Homme», a expliqué M. Dehiba.
D’autre part, l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) peut aussi révoquer la décision de la commission d’appel dans un délai d’un mois,  a-t-il ajouté.
Détentrice des records de France du 1500 m en plein air et en salle, Hind  Dehiba (28 ans) avait été interpellée le 22 janvier à sa descente d’avion à  Roissy (banlieue parisienne), en provenance d’un stage à Albuquerque  (Etats-Unis), en compagnie de son mari et entraîneur et d’un autre athlète, Régis Bordier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *